20 enfants autistes maltraités «libérés» par la GN

Constantine

0 1 104

Au total, 20 enfants autistes parmi les 31 victimes de violence et de maltraitance de la part des membres d’une association non agréée de prise en charge des enfants aux besoins spécifiques, «libérés» samedi par les services de la Gendarmerie nationale à Constantine, ont rejoint leur famille, a indiqué hier à l’APS la directrice locale de l’action sociale (DAS), Samia Gouah.

«Ces enfants sont issus des wilayas de Djelfa, El-Bayadh, Ghardaïa, Sétif, Batna, et de Mila, en plus de 2 cas de Constantine», a précisé la même responsable, relevant que quatre enfants présentaient des «brûlures profondes» sur diverses parties du corps et des hématomes qui ont nécessité leur évacuation à l’hôpital.

Elle a ajouté que les parents de ces enfants autistes avaient signé, lors de l’admission de leurs enfants dans cet établissement non agréé, un engagement leur interdisant la visite pour «une période de plus de 20 jours pour des besoins thérapeutiques», relevant qu’en «aucun moment une demande d’agrément pour cette associations n’a été déposée auprès des services de la direction de la réglementation et des affaires générales (Drag) de Constantine».

De son côté, le président du Réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant (Nada), Abderrahmane Arar, dans une déclaration à l’APS, a fait état d’un «déficit flagrant» en matière de prise en charge de cette catégorie vulnérable d’enfants.

«Il est primordial de lutter contre la bureaucratie et donner la possibilité à ces enfants d’accéder aux établissements ouverts par l’Etat et de profiter d’une prise en charge adéquate», a-t-il soutenu.

Dix personnes, dont des psychologues, membres d’une association non agréée d’accueil pour enfants aux besoins spécifiques, ont été arrêtées samedi à Constantine pour maltraitance d’enfants autistes, suite à une alerte lancée par le réseau Nada, saisi par un des parents d’enfants victimes de ces violences.

Une conférence de presse sera donnée, dans l’après-midi, par le procureur de la République près le tribunal Ziadia sur cette affaire de maltraitance d’enfan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.