450 milliards de DA pour l’Habitat

Budget 2021

0 3 769

Le secteur de l’habitat aura la part du lion dans le budget de l’exercice 2021. En dépit des difficultés financières auxquelles fait face le pays, l’Etat poursuit sa politique de soutien au logement. Selon le directeur général du Budget, Abdelaziz Faïd, une enveloppe financière de plus de 450 milliards de DA sera consacrée pour la réalisation de logements.

Lors d’une séance d’audition devant la Commission des finances et du budget à l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée au débat sur les dispositions du projet de loi de finances (PLF) 2021, M. Faïd a précisé que le budget d’équipement prévoit des crédits de paiement de  2 799 milliards Da, dont 2 236,8 milliards Da réservés aux programmes sectoriels d’investissement, 17,4% sont affectés au secteur de l’Habitat, contre 13,9% aux infrastructures administratives, 12,7% aux infrastructures routières et 9,2% à l’aménagement et à l’urbanisme.

Outre les crédits de paiement, le PLF table également sur des autorisations de programme (hors divers sujets et hors opérations en capital) d’une valeur de 910,45 milliards Da, dont 31,65% réservé à l’Habitat, 27,11% aux travaux publics et aux transports, 17,81% au secteur de l’Intérieur, 8,45% à l’Education nationale, 5,57 aux ressources en eau et 3,20% à la Santé.

Les autorisations de projets retenues pour 2021 consacrent 20,8% des crédits à la réévaluation des projets en cours de réalisation, et 79,2% aux nouveaux programmes. C’est dire que le budget d’équipement proposé dans le PLF 2021 enregistre, somme toute, une hausse de 6,8% en comparaison à celui de 2020 dans le volet crédits de paiement et une augmentation de 16,17% en termes d’autorisations de programme.

Cette augmentation des dépenses d’équipement est due essentiellement à la demande exprimée par ordonnateurs qui s’élève à plus de 11.200 milliards de da, dont 1 000 milliards pour le secteur de l’Habitat.

S’ajoute à cela la nécessité de couvrir les besoins exprimés dans le cadre du traitement des problèmes des zones d’ombre à travers les plans communaux de développement ainsi que la prise en charge de l’impact financier du à l’insertion des bénéficiaires du dispositif d’aide socioprofessionnel.

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la ville, Kamel Nasri avait affirmé lors d’une visite à la wilaya de Batna qu’environ 65% du programme global du logement d’ici à 2024 «seront réservés au logement rural».

Il a indiqué que le programme du gouvernement du prochain quinquennat comprend l’inscription de plus d’un million de logements avec une stratégie axée particulièrement sur la prise en charge de la demande sur le logement rural.

Ce programme s’oriente, dans les régions des Hauts-Plateaux et du Sud, vers la création de lotissements sociaux pour répondre à la demande insistante des diverses catégories sociales dans ces régions, outre un programme complémentaire pour l’éradication définitive des bidonvilles, a souligné le ministre, ajoutant qu’à cela s’ajouteront les programmes complémentaires de logement promotionnel aidé.

Concernant les équipements accompagnant les projets du logement rural dans les zones d’ombre, il a assuré qu’en premier lieu il sera question de répondre aux insuffisances en matière de routes, de réseaux d’eau potable et d’assainissement, d’aménagement et d’équipement publics.

Par Zahir Radji.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.