Saïd Djellab
17 Sep 2019
Partager
Saïd Djellab

Djellab à propos de l’abrogation de la règle 49/51% : 

«Capter plus d’IDE et conquérir des marchés à l’étranger»

Par:  Zahir R.
Lu 191 fois

Le ministre du Commerce Saïd Djellab a affirmé, hier à Alger, que l’abrogation de la règle 49/51% dans le projet de la loi de finances 2020 donnera un nouvel élan à l’investissement direct étranger (IDE) en Algérie.  Tout en qualifiant cette mesure de message fort pour nos partenaires étrangers et les chefs d’entreprise algériens désirant investir dans les secteurs non stratégiques, M. Djellab, qui s’exprimait sur les ondes de la Chaîne 1 de la Radio nationale, a précisé que l’Algérie, qui veut diversifier son économie à travers la promotion de ses exportations hors hydrocarbures, a besoin de beaucoup d’IDE.


Par Zahir R.

«Nous ambitionnons à devenir un pays d’investissement par excellence et également la porte de coopération avec l’Afrique. L’investissement en Algérie est prometteur et se prépare à une meilleure intégration sur le marché africain, qui ouvrira ses portes en juillet prochain. D’ailleurs, des pays comme la Grande-Bretagne ont salué cette décision. Son secrétaire d’Etat et ministre du Commerce international a souligné lundi dernier la volonté des entreprises britanniques de venir s’installer en Algérie, notamment dans le Grand Sud, pour conquérir des marchés dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest», a indiqué le ministre du Commerce, qui a annoncé la réalisation d’une base logistique dans la wilaya de Tamanrasset.

Questionné, par ailleurs, sur la balance des paiements de l’Algérie, M. Djellab a insisté sur la nécessité de transformer l’économie nationale à travers notamment la restructuration de son commerce extérieur basé dans sa globalité sur les hydrocarbures. Il a indiqué dans ce cadre que, «depuis des années, la structure du commerce extérieur n’a pas changé. Les changements qui se font actuellement se résument seulement à la réduction des importations, tout en les substituant par la production nationale. Nous sommes passés de pays importateur de plusieurs produits (ciment, rond à béton, produits agroalimentaires…) à un pays exportateur». M. Djellab a prédit une baisse significative de la valeur des importations d'ici la fin de 2019 de 44 à 42 milliards de dollars, soit un gain de 2 à 3 milliards pour le Trésor public par rapport à l’année 2018.

S'agissant des dernières mesures adoptées par le gouvernement pour encourager les investissements des jeunes dans le secteur des technologies, M. Djellab a fait savoir que la facture des services pèse lourdement sur la balance des paiements de l’Algérie.  Cette facture s’élève à 11 milliards de dollars annuellement, dont 4 milliards liés aux services numériques et technologiques. C’est pour cela, a-t-il souligné, que «nous accordons un intérêt particulier aux jeunes entrepreneurs dans la création de leur start-up». Et d’ajouter : «L’organisation samedi dernier de la conférence Algérie Innov témoigne de notre volonté de les pousser vers l’avant afin de réduire notre facture d’importation et de s’orienter vers l’export». A cet effet, une batterie de mesures a été prise, a-t-il affirmé, par le gouvernement au profit de ces startups à travers des facilitations dans l’octroi de locaux, les exonérations fiscales et les priorités dans le marché public. M. Djellab a, en outre, estimé que l’économie numérique est créateur de richesses et d’emplois. Il a cité l’exemple d’une start-up activant dans le transport de voyageurs qui emploie plus de 10.000 chauffeurs. 

Le ministre n’a pas manqué de rappeler que les commerçants ont un délai d’un an pour se doter de TPE (terminal de paiement électronique) afin de booster le paiement en ligne et lutter contre le commerce informel. Dans ce cadre, il a annoncé l’organisation de rencontres avec les distributeurs et les marchands de gros afin d’adhérer au système de facturation et d’e-paiement.

Dernière modification le mardi, 17 septembre 2019 20:20

A LIRE AUSSI..

Renault Scénic

Portrait

Renault Scénic

Les autorités veulent éviter les conditionnalités multilatérales

Recours à l’aide du FMI et de la Banque mondiale

Les autorités veulent éviter les conditionnalités multilatérales

Forte participation nationale à la 10e édition

Salon des énergies renouvelables d'Oran

Forte participation nationale à la 10e édition

Un gain annuel de 10 milliards de centimes

Application de la taxe sur la fortune

Un gain annuel de 10 milliards de centimes