Abdelaziz Djerad rassure

Fermeture des écoles et indemnisation des victimes des incendies

0 2 619

Par Arezki Louni 

Les écoles ne seront pas fermées après la hausse des contaminations à la Covid 19, a indiqué hier, le Premier ministre en marge du coup d’envoi de la campagne de reboisement donné à Tipasa. 

 

«Pourquoi doit-on fermer les écoles, y a-t-il un pays au monde qui a fermé ses écoles?», répond Abdelaziz Djerad, assurant que «s’il y a un problème quelconque sur ce plan, nous prendrons immédiatement les mesures qui s’imposent tout en veillant aux intérêts de nos enfants». Il expliquera que les statistiques liées à la crise sanitaire étaient plutôt positives et de ce fait, «ne demandent pas la fermeture des écoles», a tranché le Premier ministre, insistant toutefois sur la nécessité de l’application stricte du protocole sanitaire en vigueur. A noter qu’une vive polémique s’est installée au cours des ces derniers jours, faisant état de plusieurs cas de contaminations au coronavirus dans certaines écoles du pays. Ce qui a été vite démenti par la Commission scientifique chargée du suivi de l’évolution de l’épidémie en Algérie. Sur un autre chapitre, le chef de l’Exécutif a mis en avant l’impératif de se mobiliser aux côtés des victimes des incendies de forêt, début novembre, précisant qu’il s’agit d’aider «moralement et financièrement» ceux qui ont perdu leurs foyers et leurs troupeaux en raison du sinistre. Il a tenu à préciser que ces aides interviendront au plus tard le 15 décembre prochain. Il convient de rappeler que des feux de forêt se sont déclarés en Algérie le soir du vendredi 6 novembre. Les incendies ont provoqué la mort de deux hommes à Tipasa, à l’ouest d’Alger.

A noter que le juge d’instruction près le tribunal de Cherchell (Tipasa) a ordonné la mise en détention provisoire de 20 accusés, et mis 2 autres accusés sous contrôle judiciaire, et la délivrance prochaine de mandats d’arrêt contre six autres, en fuite, pour leur implication dans le déclenchement des incendies des forêts de Gouraya ayant causé la mort de deux personnes. Le procureur a indiqué que les services de la Gendarmerie nationale et de la sûreté de wilaya de Tipasa ont mené, suite à l’ouverture d’une instruction judiciaire, des enquêtes et de larges investigations pour déterminer les causes du déclenchement simultané des incendies à travers plusieurs régions de la wilaya, causant la mort de deux personnes, en plus de dégâts considérables occasionnés aux biens des citoyens, entre habitations, ressources animales, agricole et forestière. Ces investigations ont permis l’arrestation d’une «bande de malfaiteurs soupçonnés d’être impliqués dans ces incendies suspects», a-t-il ajouté, précisant qu’il s’agit de «22 individus entendus par le juge d’instruction près du même tribunal qui a ordonné la mise en détention provisoire de 20, et 2 autres accusés sous contrôle judiciaire, et la délivrance d’un mandat d’arrêt international à l’encontre de quatre autres suspects se trouvant à l’étranger, en plus de deux autres sur le territoire national». Selon le procureur de la République Kamel Chenoufi, les recherches réalisées sur les téléphones portables des mis en cause «ont confirmé le transfert de fonds via Western Union Bank», outre «la découverte de messages (SMS) et photos prises pendant le déclenchement des incendies».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.