Ali Mabroukine, professeur en droit pénal des affaires

0 28

 «La marge de manœuvre budgétaire et financière du gouvernement est très étroite, par conséquent, le gouvernement a besoin d’instaurer un minimum de transparence et de contrôle sur le mouvement des fonds. C’est la première fois depuis l’indépendance de l’Algérie qu’on montre une volonté politique d’instaurer un maximum de transparence dans la vie publique et l’utilisation des fonds publics».»

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.