Arkab : «les projets énergétiques concernés»

0 977

Endettement extérieur 

Le recours à l’endettement extérieur en Algérie se précise. Des projets énergétiques de grands importance seront financés par des capitaux étrangers, a annoncé, hier, le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab.


Par Zahir R.

S’exprimant en marge d’une cérémonie de signature de convention-cadre Sonelgaz et ImetaL, le ministre a affirmé que l’Algérie a besoin de gros moyens, notamment financiers pour poursuivre les investissements dans ce secteur énergétique, stratégique pour le pays. «Des projets énergétiques à grand rendement seront proposés à nos partenaires et pays frères pour bénéficier de crédits nécessaires pour les concrétiser», a-t-il souligné.

  1. Arkab a fait savoir dans ce cadre que des superficies importantes restent encore non explorées. «Seulement 30% des 1500 000 mètres carrés sont déjà exploités. Il est plus que nécessaire d’engager de nouveaux investissements en matière afin de répondre, d’une part, à la forte demande locale et maintenir le niveau de nos exportations, d’autres part. Nous devons reconstituer et développer  nos stocks». Il a, en outre, déploré la hausse inquiétante de la consommation qui a atteint des proportions alarmantes, d’où la nécessité de repenser notre modèle de consommation. «Il y a trop de gaspillages en matière d’énergie. 4 000 kW consommés par foyer ! Nous dépassons de loin la moyenne mondiale. On doit revoir notre mode de consommation à travers la rationalisation», a précisé M. Arkab qui a écarté la révision du prix de l’électricité à l’heure actuelle.

Sur un autre registre, le ministre de l’Energie a fait savoir le groupe Sonatrach veut «diversifier ses activités et investissements en Algérie et à l’international, dans le but de renflouer les caisses du Trésor public en ressources financières pour poursuivre le développement de notre pays».

Par ailleurs, M. Arkab a indiqué que la stratégie de son secteur vise au renforcement de la coopération entre les sociétés publiques et privées dans le but de développer l’industrie locale. «A travers la convention qui vient d’être signée entre le groupe Sonelgaz et Imetal, nous visons à l’encouragement  de l’opération d’industrialisation et de montage en Algérie et participer également au développement du tissu industriel, tout en garantissant la qualité des produits, l’utilisation de tout ce qui s’est fabriqué localement afin d’encourager l’investissement et asseoir une industrie nationale développée afin de répondre aux besoins à l’intérieur et conquérir des marchés à l’étranger, notamment dans le continent africain qui recèle de marchés promoteurs», a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.