Benbouzid : «on doit se préparer au pire»

L’épidémie de coronavirus en phase trois

0 16 112

L’épidémie du coronavirus dans le monde évolue à un rythme préoccupant. En Algérie où le dernier bilan fait état de 139 cas de contamination et de 15 décès, on est d’ores et déjà entrés en phase trois de la propagation de l’épidémie du coronavirus (Covid-19). 

 

C’est ce qu’a annoncé, hier le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. S’exprimant sur les ondes de la Radio nationale, Abderrahmane Benbouzid a tenu à préciser que la décision du confinement général relève des prérogatives exclusives du président de la République.  «L’Algérie est entrée en phase 3 de l’épidémie du coronavirus et, par conséquent, on doit se préparer au pire», a déclaré M. Benbouzid à la Radio nationale. Dans ce sens, il a indiqué que l’Algérie, à la différence de l’Italie, a anticipé en prenant les dispositions nécessaires dès le début, assurant à ce propos «qu’il n’y a pas de pénurie de produits pharmaceutiques au niveau des hôpitaux». M. Benbouzid a également tenu à rappeler que l’Institut Pasteur d’Algérie «demeure l’unique structure habilitée à effectuer des analyses sur le coronavirus», précisant que ces mêmes analyses «seront bientôt effectuées à Constantine et à Oran». Le ministre a, en outre, fait savoir que dans le but d’éviter toute confusion dans la diffusion des informations, il a été interdit aux directeurs de la santé au niveau des wilayas de faire des déclarations sur le coronavirus en Algérie. Le dernier bilan rendu public samedi soir par le comité de suivi du coronavirus en Algérie a fait état de 139 cas confirmés, dont 15 décès. A noter que la série de décisions prises, mardi dernier, par le chef de l’Etat, pour endiguer la propagation du Coronavirus (COVID-19), est entrée en vigueur, hier à 1 heure du matin. Elle s’étalera jusqu’au 4 avril et elle sera soit levée, soit prolongée en fonction des nouvelles donnes et l’évolution de la situation. Il s’agit, notamment, de la suspension de tous les moyens de transport en commun publics et privés à l’intérieur des villes et inter-wilayas ainsi que le trafic ferroviaire, la démobilisation de 50% des employés et le maintien des employés des services vitaux nécessaires, avec maintien des salaires et la démobilisation des femmes travailleuses ayant des enfants en bas âge. Comme il a été ordonné la fermeture temporaire des cafés et restaurants dans les grandes villes et « la régulation du marché pour lutter contre les pénuries en assurant la disponibilité de tous les produits alimentaires de première nécessité. Par ailleurs, le ministère des Finances a été chargé, quant à lui, à l’effet de faciliter «les mesures de dédouanement des produits alimentaires importés et d’accélérer les procédures bancaires y afférentes en fonction de la situation exceptionnelle que traverse le pays. Mais la plus importante des mesures demeure la discipline et le respect par les citoyens des nouvelles règles de conduite contre l’épidémie. 

Par Arezki Louni

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.