Boumerdes.. Le suspect avoue avoir battu et brûlé la jeune Chaïma

0 2 389

Le suspect dans l’affaire du meurtre de la jeune Chaïma a avoué avoir battu la victime, avant de l’asperger d’essence puis de mettre le feu à son corps, dans un endroit désert de la sortie ouest de la commune de Thenia, à l’est de Boumerdes, a affirmé, lundi soir le procureur de la République prés le tribunal de Boumerdes.

Cette déclaration fait partie du communiqué sur l’affaire du meurtre de la jeune Chaïma, originaire de la commune de Reghaia (Alger), extrait de l’enquête préliminaire lu à la presse, par Hamache Khaled, procureur de la République prés le tribunal de Boumerdes, qui était accompagné du chef du groupement territorial de la gendarmerie nationale de la wilaya.

Toujours selon le même communiqué, cette affaire remonte au 2 octobre 2020, quand le suspect Dh.A (19 ans) s’est présenté aux services judiciaires de la gendarmerie nationale à Thenia, pour signaler que son amie Chaïma (19 ans) a été victime de brûlures au niveau d’une station d’essence désertée.

Le suspect a, aussi, déclaré dans cette même plainte, qu’il était sur les lieux, avec la victime le 1 octobre courant, et être resté avec elle sept minutes, avant d’aller chercher de la nourriture. Après avoir parcouru prés de cinq mètres, il a vu de la fumée monter du lieu où se trouvait son amie, et il s’est enfui, a-t-il dit, avant de se présenter le lendemain pour signaler ces faits aux gendarmes. Selon le procureur de la République, le suspect est revenu sur ses dires, suite à l’exploitation de différentes informations relatives à l’affaire.

Ainsi le suspect a avoué que la victime, qu’il connaît depuis 2017, l’a contacté le 1 octobre courant, et ils se sont mis d’accord pour se rencontrer. Suite à quoi il a loué une moto, a-t-il dit, et il est allé la chercher depuis la ville de Reghaia.

Le communiqué ajoute que les deux concernés sont arrivés vers 15h00 à la station d’essence désertée de l’entrée ouest de la ville de Thenia. Apres avoir eu un rapport intime avec elle, le suspecta battu la victime, qui a perdu connaissance. C’est alors qu’il se rendit à une station d’essence mitoyenne, d’où il a ramené une bouteille de plastique remplie d’essence, dont il a aspergé le corps de la fille, avant d’y mettre le feu, puis de quitter les lieux.

L’examen du cadavre de la victime découverte brûlée et allongée face à la terre, a permis de faire le constat, selon la même source, de « la présence de coups et blessures à l’arrière de la tête, outre une importante plaie en haut de sa cuisse gauche ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.