Comment préserver la stabilité des cours ?

Sommet des pays Opep et non-Opep

0 35

Par Arezki Louni

Les regards seront rivés sur la rencontre des pays Opep et hors Opep, prévue les 5 et 6 décembre courant à Vienne. Dans une conjoncture marquée par la fluctuation des prix du pétrole, générée par des tensions d’ordre géopolitique, le marché pétrolier n’a jamais été aussi perturbé que lors de ces deux derniers mois. Le rendez-vous de la capitale autrichienne aura comme principal objectif de plancher sur les résultats de l’accord de réduction de la production et les perspectives de la coopération entre les membres du cartel et les dix pays hors Opep, portant sur le maintien de l’équilibre du marché pétrolier. En attendant, les prix de pétrole vacillent encore dans la moyenne des 60 dollars, un niveau d’ailleurs adéquat par rapport à l’évolution du baril depuis la mi-juin 2014. Par ailleurs, les investisseurs se montrent prudents, à la veille du sommet de l’Opep et de ses partenaires, même si les observateurs s’attendent à ce que l’accord en vigueur soit prolongé au-delà de mars 2020. A noter que l’Organisation des 14 pays exportateurs de pétrole et ses dix partenaires hors Opep, dont la Russie, sont engagés depuis 2016 dans un processus de réduction volontaire de leur production pour redresser et soutenir les cours. Sur un autre chapitre, il est, somme toute, évident que les choses iront dans le sens de la prorogation de l’accord de la limitation de la production. Rappelons que lors des dernières réunions, il a été décidé de reconduire l’accord portant sur une baisse volontaire de la production de 1,2 million de barils pour une durée supplémentaire allant du 1er juillet 2019 jusqu’au 31 mars 2020. Pour sa part, l’Algérie veillera, lors de sa présidence tournante de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) en 2020, à poursuivre ses efforts pour la stabilité du marché pétrolier au service des intérêts des producteurs et des consommateurs. Dans une déclaration à la presse en marge des travaux d’un séminaire national sur le développement et la promotion du gaz de pétrole liquéfié carburant (GPLc) Sirghaz, le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, a fait savoir que «l’Algérie, qui présidera l’Opep à partir du 1er janvier 2020, aura un rôle prépondérant et efficace dans la poursuite des efforts pour l’équilibre du marché, et ce, en collaboration avec les autres pays membres et leurs partenaires». En 2020, l’Algérie présidera également le Forum des pays exportateurs de gaz naturel, ce qui renforcera «son rôle pivot» dans le domaine au plan international, selon le ministre. Concernant la réunion Opep-non Opep, prévue du 4 au 7 décembre en cours à Vienne, M. Arkab a fait état d’une rencontre sur l’évaluation de l’accord portant limitation de la production et deux autres avec les pays non Opep. Cette réunion «constituera une occasion importante pour équilibrer l’équation producteurs -consommateurs, ce qui permettra de développer ce secteur vital et d’y intensifier les investissements», affirme le ministre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.