Des propositions en cours d’élaboration

Montage industriel en Algérie

0 1 238

Le président de l’Association nationale des commerçants et artisans (Anca), El Hadj Tahar Boulenouar, a souligné hier à Alger, la nécessité de promulguer des lois et d’établir des mesures à long terme pour réglementer les activités de montage industrielle en Algérie dans le but de remettre le secteur sur les rails.

S’exprimant lors d’une conférence organisée par l’Anca sous le thème «le montage industriel en Algérie», M. Belenouar a déclaré que son association, en coopération avec les concessionnaires activant dans ce domaine, est en train de former un comité spécialisé chargé de préparer un ensemble de propositions comprenant des idées et des solutions objectives aux problèmes que connaît ce secteur. Elles seront présentées par la suite, ajoute-t-il, aux tutelles compétentes afin de permettre de redynamiser le secteur, en les mettant sur de bases solides et dans une vision à long terme. 

Dans son évaluation aux activités du montage industriel en Algérie, soit le montage automobile, d’appareils électromagnétiques ou électroniques (téléphones), M. Belenouar a indiqué que les projets lancés déjà dans ce domaine depuis plusieurs années avaient «échoué», et n’ont pas atteint les résultats escomptés, à savoir l’augmentation du taux d’intégration national et la création d’un véritable réseau de sous-traitants en Algérie.

Parmi les raisons liées à l’échec de ces activités, le président de l’Anca a notamment mentionné l’instabilité des lois qui les régissent, engendrant la crainte des investisseurs d’investir dans ce domaine, ainsi que les lenteurs administratives et bureaucratiques auxquelles est confronté chaque investisseur, que ce soit avant ou après l’entrée en vigueur de l’activité. À cela s’ajoute, le retard qu’accuse le secteur des banques dans l’accompagnement du développement amorcé dans les domaines économiques (commerce et industrie).

Pour y remédier à cette situation, le président de l’Association nationale des commerçants et artisans a souligné la nécessité d’aller vers des espaces industriels spécialisés qui rassemblent tous les concessionnaires d’une activité dans une même région pour faciliter l’identification des services et des moyens disponibles au niveau national et leur intégration dans le tissu industriel ainsi que l’identification des besoins nécessaires pour son développement.

En réponse à une question sur les procédures de retour à l’importation de voitures de moins de trois ans, ainsi que sur l’importation de téléphones portables figurant dans la loi de finances 2020, M. Belenouar a déclaré que : «Ces mesures ont un côté positif, qui est la baisse des prix compte tenu de la concurrence qui sera autorisée à importer, et un impact négatif à long terme  pour l’industrie nationale si aucune stratégie n’est mise en place pour renaître les activités du montage industriel sur des bases solides».

Pour sa part, Tariq Chitour, représentant d’une entreprise privée spécialisée dans l’importation de machines et d’équipements pour les travaux publics, a déclaré que l’importation a un côté positif, qui est de connaître les besoins du marché national et d’acquérir une expérience en marketing, ainsi que de gagner la confiance du client étranger.

Z. R.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.