Des résultats «fort encourageants» dans le rendement des superficies irriguées

Filière céréalière à Djelfa

0 7 193

La filière céréales à Djelfa a réalisé des résultats «fort encourageants» dans le rendement (à l’hectare) des superficies irriguées, a-t-on appris jeudi auprès de la direction locale des services agricoles (DSA).

«Ces prémices positives ont été établies au début du lancement de la campagne moissons-battages 2019/2020, dont le coup d’envoi a été donné à partir d’exploitations agricoles privées de la commune de Birine, à 130 km au nord de Djelfa.

En effet, des rendements records de 60 à 70 quintaux à l’hectare ont été constatés au niveau des exploitations agricoles «Kortli Mourad», une exploitation en location d’une surface de 280 ha, et «L’hadj Kossir L »hetak et fils», une exploitation privée de 200 hectares.

«Ces indices de production augurent de perspectives prometteuses pour le développement des superficies céréalières irriguées, estimées à 19 100 ha, et siègent d’une hausse progressive ces dernières années», selon les prévisions de la DSA.

«La présente campagne s’annonce très prometteuse concernant notamment la céréaliculture irriguée», a assuré, dans une déclaration à l’APS, un céréaliculteur de la commune d’El-Birine, se félicitant de l’obtention d’un rendement de plus de 60 qx/ha en blé tendre, durant cette campagne.

Pour le président de la Chambre d’agriculture de la wilaya, Keddid Mohamed, les résultats réalisés au niveau des surfaces irriguées d’El-Birine et d’autres régions de la wilaya, a-t-il dit, sont une «preuve de la volonté et détermination des céréaliculteurs locaux à promouvoir cette filière de souveraineté et à élargir les surfaces de culture de blé tendre et, partant, contribuer dans la réduction de sa facture d’importation, conformément aux orientations de l’Etat, dans ce sens», a-t-il souligné.

Le wali de Djelfa, Mohamed Benomar, avait présidé le coup d’envoi de la campagne moissons-battages dans la partie Nord de la wilaya, où il a loué les «efforts consentis pour le développement et la promotion de la filière céréalière». De nombreux producteurs et agriculteurs lui avaient exposé, à l’occasion, leurs préoccupations.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.