Deux nouvelles demandes d’introduction

Bourse d'Alger

0 1 464

La Commission d’organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob) a reçu en 2020 deux nouvelles demandes d’introduction à la Bourse d’Alger, a indiqué à l’APS son président, Abdelhakim Berrah.

Il s’agit de deux PME (petites et moyennes entreprises) qui ont déposé officiellement des demandes de visa de la Cosob (autorité de régulation du marché financier) afin de faire leurs entrées à la place d’Alger qui avait ouvert un compartiment dédié exclusivement à ce type d’entreprises en 2012, selon M. Berrah.

La première demande concerne une société activant dans le secteur agroalimentaire qui aspire à procéder à une levée de fonds de l’ordre d’un milliard de dinars.

Déposée par une PME activant dans le domaine du tourisme, la deuxième demande porte sur une opération d’émission des titres participatifs pour un montant global de 10 milliards de dinars, sur une période de trois ans en une ou plusieurs fois, selon le besoin.

En 2019, la Cosob avait lancé une enquête dans l’objectif d’identifier les PME éligibles à l’introduction en Bourse. Ce travail a débouché sur l’identification d’une dizaine d’entreprises dont  «une bonne part d’entre elles ont officiellement manifesté leur intention d’entamer leur processus d’introduction en Bourse», affirme M. Berrah.

S’agissant du marché principal de la Bourse d’ Alger, il devrait lui aussi, être alimenté par de nouvelles introductions parmi «les sociétés performantes qui contribueraient à la profondeur et la liquidité de notre marché».

En effet, trois sociétés devraient finaliser leurs processus d’introduction en Bourse, lancés déjà en 2019 et 2018. Ces sociétés activent dans les secteurs de l’agroalimentaire, travaux publics et la fabrication d’équipements industriels.

Evoquant l’impact  de la pandémie du Covid-19 sur le processus d’introduction en Bourse, M. Berrah a assuré que la Cosob envisage d’assouplir  «exceptionnellement» ces conditions en prenant en considération la baisse des chiffres d’affaires des entreprises en 2020 en raison de la crise sanitaire.

«Pour être admise à la Bourse d’Alger, la société doit avoir réalisé des bénéfices durant l’exercice précédant sa demande d’admission. Mais pour l’année 2020, nous allons mettre en place une dérogation pour que la crise sanitaire ne soit pas un frein pour l’introduction en Bourse, à condition que la baisse du chiffre d’affaires soit liée directement à la pandémie et pas à d’autres raisons», a déclaré le premier responsable de la Cosob.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.