Développer un partenariat en matière d’environnement

Algérie-Allemagne-PNUD

0 40

La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Nassira Benharrats, a reçu, jeudi au siège de son département, l’ambassadrice de la République fédérale d’Allemagne en Algérie, Ulrike Knotz, avec laquelle elle a évoqué les voies et moyens de développement du partenariat entre les deux pays en matière d’environnement et d’énergies renouvelables, a indiqué le ministère dans un communiqué.

La ministre a mis l’accent sur l’importance de ces entretiens, tenus jeudi au siège du département ministériel, qui constituent «une opportunité pour évaluer la coopération et le partenariat importants entre le ministère et l’Allemagne, représentée par l’Agence de coopération internationale allemande (GIZ)», a précisé le communiqué.

Lors de cette rencontre, Mme Benharrats a relevé la nécessité de poursuivre les relations de coopération en matière d’énergies renouvelables en vue de les soutenir, les promouvoir et les développer dans les régions du Sud et enclavées, rappelant que la transition énergétique figure parmi les axes du plan d’action approuvé par le gouvernement pour promouvoir le secteur.

Afin de tirer profit des expériences allemandes réussies, les deux parties ont abordé d’autres activités de coopération liées notamment à la lutte contre toutes formes de pollution.

Pour sa part, la diplomate allemande a mis en exergue la coopération stratégique et les relations bilatérales, exprimant son entière disposition à coopérer, par le biais de l’Agence GIZ, dans les différents domaines liés à l’environnement.

La ministre de l’Environnement a reçu également la représentante résidente du Pnud en Algérie, Aliko Blerta, avec laquelle elle a examiné les voies et moyens d’établir un partenariat dans le domaine des énergies renouvelables qui devraient être une alternative aux hydrocarbures, a souligné le communiqué, précisant que l’audience s’est déroulée en présence du ministre délégué chargé de l’Environnement saharien, Hamza Al Sid Cheikh.

Dans ce cadre, Mme Benharrats a mis en avant l’importance de la formation en vue d’assurer le suivi des projets en cours et garantir leur continuité, outre l’accompagnement de la gestion intégrée des régions sahariennes, tout en se félicitant des efforts consentis dans le cadre du programme en termes de diversification biologique et de changements climatiques.

De son côté, la représentante résidente du Pnud auprès de l’Algérie a évoqué les projets en cours de préparation dont la troisième intervention sur les changements climatiques, le plan national d’adaptation aux changements climatiques et le projet de synergie entre les conventions sur la biodiversité, les changements climatiques et la désertification

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.