Djerad : «Mettre la nation algérienne à l’abri de la fitna»

Révision de la Constitution

0 2 633

Le projet d’amendement de la Constitution soumis à référendum marque la réconciliation de l’Algérie avec elle-même et avec son histoire et la remise sur les rails du pays après les dérives des dernières années, a affirmé le Premier ministre, Abdelaziz Djerad.

Dans une intervention à la Télévision algérienne et à la Radio nationale, dans le cadre de la campagne référendaire sur le projet d’amendement constitutionnel, M. Djerad a précisé que le projet d’amendement de la Constitution marque «la réconciliation de l’Algérie avec elle-même, avec son histoire et avec les aspirations de ses enfants», ainsi que «la remise sur les rails de notre pays après les dérives des dernières années, qui ont failli détruire la cohésion de l’Etat et de ses institutions».

S’en remettre aujourd’hui au peuple pour qu’il dise son mot sur le projet d’amendement de la Loi fondamentale est une «réponse aux revendications exprimées par le Hirak populaire authentique en faveur de l’application des articles 7 et 8 de la Constitution qui disposent que le peuple est la source de tout pouvoir et que la souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple», a souligné M. Djerad.

M.Djerad a expliqué que l’amendement constitutionnel soumis à référendum le 1er novembre prochain «n’est pas une fin en soi, mais le moyen d’atteindre les objectifs ambitieux et légitimes du peuple algérien».

Selon lui, la réalisation de ces objectifs passe par un certain nombre d’étapes, dont «le renforcement du système démocratique fondé sur le pluralisme politique, l’alternance au pouvoir et la séparation et l’équilibre effectifs des pouvoirs».

La concrétisation de ces revendications passe aussi par la lutte contre le phénomène de la corruption, à travers le renforcement des mécanismes de lutte et prévention et «la mise en place de mécanismes à même d’éviter le conflit d’intérêts entre l’exercice des responsabilités publiques et la gestion des affaires pour écarter l’emprise financière de la gestion des affaires publiques et éviter l’abus de pouvoir», a-t-il ajouté.

M.Djerad a tenu à rappeler que la révision à venir de la Constitution figurait parmi les priorités du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune à l’entame de son mandat, étant «la pierre angulaire dans l’édification de la nouvelle République qui aspire à concrétiser les revendications du peuple exprimées lors du Hirak authentique».

Pour M. Djerad, le projet d’amendement de la Constitution «tend à mettre la Nation algérienne à l’abri de la fitna, de la violence, de tout extrémisme, des discours de haine et de la discrimination sous toutes ses formes, à travers la consécration des valeurs spirituelles et civilisationnelles qui prônent le dialogue, la réconciliation et la fraternité, dans le respect de la Constitution et des lois de la République».

Synthèse LCA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.