Etat d’alerte à nos frontières

Le coronavirus se propage dans le monde

0 67

Le nouveau virus apparu le mois dernier en Chine où il a fait une trentaine de morts et plus d’un millier de personnes contaminées, a gagné d’autres pays en Asie et ailleurs avec plusieurs cas détectés aux Etats-Unis et en France. 

 

L’Algérie, où réside une forte communauté chinoise, est concernée par cette alerte, et par conséquent, doit prendre les mesures de prévention appropriées au niveau de ses frontières. Le corps médical a reçu des instructions pour parer à tout imprévu.

Le directeur de la prévention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Dr Djamel Fourar, a déclaré vendredi dernier que «l’Algérie, qui a mis en place un dispositif d’alerte et de riposte pour parer à tout imprévu, a donné des instructions à tous les médecins pour renforcer la prévention et prendre en charge les cas dès leur apparition, suit de près la situation et attend, à l’instar des autres pays du monde, les instructions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en cas de propagation de l’épidémie pour l’installation de caméras thermiques dans les aéroports nationaux». A l’instar des autres pays du monde, l’Algérie a déjà fait face aux virus à large propagation à l’instar du coronavirus, apparu ces dernières années et Ebola à travers la mise en place du système national relatif à cette épidémie. Au moment où l’Organisation mondiale de la santé lance l’alerte, l’épidémie risquerait de connaître une propagation fulgurante. Après le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et Taïwan, les Etats-Unis ont annoncé mardi dernier un premier cas de maladie. Il s’agit d’un homme d’une trentaine d’années, originaire de Wuhan et résidant près de Seattle, dans le nord-ouest des Etats-Unis. Arrivé le 15 janvier sans fièvre à l’aéroport de Seattle, il a lui-même contacté dimanche les services de santé locaux après avoir constaté des symptômes. C’est dire que le virus peut aller d’extrême Est à l’extrême Ouest à un rythme très rapide. En Chine, le bilan du nouveau coronavirus ne cesse de s’alourdir, faisant jusqu’ici neuf morts et contaminant au moins 440 personnes. Près de la moitié des provinces chinoises sont touchées, y compris des mégapoles comme Shanghai et Pékin. Le virus, de la famille du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère), touche désormais plusieurs grandes villes du pays – dont Pékin et Shanghai – et trois autres pays d’Asie : Japon, Corée du Sud et Thaïlande. En Australie, un homme présentant les symptômes du mystérieux virus a été placé à l’isolement. Ce qui est d’autant plus grave, c’est que le virus peut se transmettre d’humain à humain. 

L’OMS estime pour sa part qu’un animal semble être «la source primaire la plus vraisemblable», avec «une transmission limitée d’humain à humain par contact étroit». La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l’homme (comme un rhume) mais aussi d’autres plus graves comme le Sras. La vigilance est donc de mise, et les services sanitaires au niveau de nos frontières doivent veiller à ce que le virus ne menace pas la santé publique.

Par Arezki Louni

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.