«Grâce à cette loi, nous serons souverains dans la prise de décision»

0 153

Rachid Hachichi, PDG de la Sonatrach 

Le PDG de Sonatrach, Rachid  Hachichi, a affirmé, la semaine dernière, devant les membres de  la commission des affaires économiques, du développement, de l’industrie, du commerce et de la planification de l’APN, que le texte de loi sur les hydrocarbures n’est pas l’œuvre des experts étrangers, mais  des compétences nationales qui l’ont élaboré au profit de l’Algérie, afin de relancer la production primaire des sources d’énergie , estimant dans ce même contexte, que la loi en question a pour but d’élargir les prérogatives et  les bénéfices pour le pays et la compagnie nationale.    

S’agissant du volet du partenariat avec les étrangers, le PDG de la Sonatrach a ajouté que l’ouverture sur le  partenariat étranger sera strictement réglementée. Selon M. Hachichi, grâce à cette loi, « nous serons souverains dans la prise de décision, notamment l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures, le ministère de l’Energie et la Présidence peuvent imposer leur veto à la concrétisation de tout projet de partenariat. 

D’après le  PDG, le groupe d’experts qui ont élaboré ce projet est prêt à répondre d’une manière précise et en toute transparence à toutes les préoccupations soulevées. Soutenant   que le pays a besoin de cette nouvelle loi pour se mettre au diapason des mutations énergétiques mondiales, l’objectif recherché est d’augmenter les capacités de production, l’amélioration des conditions de l’investissement et la préservation du niveau des exportations, précise-t-il.

Il a affirmé que la révision de la loi 05-07 n’est pas politique mais purement économique. «Ce projet de loi a été adapté pour attirer les investissements, améliorer le climat des affaires, lever toutes les difficultés auxquelles font face les partenaires et simplifier les procédures tout en veillant aux intérêts de l’Etat», le  même PDG a révélé que les résultats des appels d’offres sous la loi 05/07 étaient modestes. «Depuis 2008, sur 67 blocs proposés, seules 19 offres ont été reçues», a-t-il mis en avant. Il a expliqué qu’en matière d’exploration, la situation est devenue intenable pour Sonatrach, notamment après la chute des prix du pétrole. Concernant le  volet de la prospection des nouvelles zones d’exploitation, Rachid Hachichi a souligné que le potentiel des découvertes réalisées dans le cadre de l’ancienne loi est également modeste et ne permet plus un renouvellement suffisant des ressources extraites annuellement. Pour lui, la mise en place d’une nouvelle loi n’a pas été une mince affaire. Il a rappelé en fin qu’un travail de fond l’a précédée avec un diagnostic détaillé. 

Par Chahinez Djahnine 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.