La BM plaide pour un nouveau mode de gouvernance

Bien-être dans la région MENA

0 2 617

Selon la Banque Mondiale (BM), la région de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient (MENA), a besoin de passer à un nouveau mode de gouvernance, complètement différent de celui qui a conduit aux crises que vivent les pays là constituant, en privilégiant la recherche du bien-être de leurs citoyens, et ce avant même de se lancer dans des constructions matérielles et d’infrastructures.

Le rétablissement de la confiance est le fer de lance pour la reconstruction des économies des pays de cette région, fait remarquer la BM dans son bulletin consacré à l’investissement dans des institutions inclusives et résilientes pour établir une paix durable dans la région MENA, considérant que les expériences que vivent les populations de ces pays, doivent mener la transition qui y règne à un nouveau mode de gouvernance qui devra impérativement garantir une prise en charge effective des besoins en termes de création d’emplois et une meilleure rémunération consolidant le bien-être des citoyens, en faisant en sorte d’établir de nouvelles règles de redistribution de la richesse.

Favoriser la prospérité inclusive, en se basant sur la recherche des moyens garantissant la sécurité et les moyens de subsistance à travers « des emplois pertinents offrant une rémunération décente », est une démarche qui devra prendre l’élan tant attendu de la part des populations pendant des décennies entières, là ou les systèmes de gouvernance ont instauré des procédés exclusifs, qui ont mené aux conflits qui touchent beaucoup de pays de la région MENA. Justement, pour sortir du marasme socio-économique que connait cette dernière, il devient impératif de « lutter contre la construction ou à la reconstruction d’un système de gouvernance qui perpétuerait l’exclusion, l’informalité et la recherche de rentes », ce qui permettrait de dépasser les situations de conflits accentuant les mauvaises conditions de vie des populations.

En tout état de cause, il est bien clair que les pays de la région MENA, ne connaissent pas un même niveau de difficultés, ce qui mène à croire que chaque pays aura à intégrer des changements dans son mode de gouvernance, dans l’objectif de permettre l’émergence de nouvelles idées établissant une équité quant au traitement des affaires économiques et sociales, en sorte à créer un climat de confiance qui sera le moteur de la nouvelle relance. Dans un pays comme l’Algérie, il est d’importance que la transition qu’il vit actuellement, puisse bannir les pratiques rentières, et reconstruire un système économique et social privilégiant la compétition et le bien-être. L’Algérie qui a perdu de sa notoriété comme une nation aspirant à plus de progrès, doit renouer avec ses valeurs à même d’émerger de nouveau comme une force économique incontournable dans la région à laquelle elle appartient.                 

Abdelkader Mechdal        

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.