La culture des champignons suscite l’intérêt des visiteurs

Salon de l’agriculture à Boussaâda

0 18

L’expérience de la culture des champignons dans la commune de Aïn Khadra (distante de 62 km au sud-est de M’sila) a particulièrement suscité l’attention des visiteurs au salon de l’agriculture saharienne et steppique qui se tient depuis lundi passé à Boussaâda.

Initiateur de cette expérience, Mohamed Touil, affirme commercialiser depuis deux années sa récolte de champignons de plusieurs variétés dans la wilaya de M’sila et certaines régions avoisinantes.

«La culture des champignons requiert certaines conditions spécifiques dont un lieu peu éclairé avec un fort taux d’humidité», précise ce jeune myciculteur qui affirme s’auto-suffire en matière de production de semences et sa disposition à en produire davantage au profit des cultivateurs de champignons d’autres régions.

Estimant que l’élargissement de la pratique de cette culture exige une formation spécialisée qu’il faudra dispenser par les centres et les instituts de formation professionnelle, le même cultivateur souligne que la consommation de champignons est indiquée particulièrement pour les personnes souffrant du problème de cholestérol.

M. Touil affirme toutefois qu’il rencontre des difficultés à écouler sa production du fait que la consommation des champignons demeure un peu étrangère aux mœurs culinaires des habitants de l’Algérie profonde en dépit d’un «prix plutôt bas» (500 DA la boîte).

Il a souhaité à ce propos la mise en place de mesures de promotion de la production locale et nationale de champignons, notamment par l’organisation de manifestations de présentation au public de ces produits agricoles et l’encouragement de leur consommation par les collectivités (écoles, établissements de formation et hôpitaux).

Organisé par l’Entreprise de commercialisation de matériel agricole de Boussaâda, le salon de l’agriculture saharienne et steppique a été également marqué par la présentation par un autre agriculteur local, Djamel Taleb, de sa production de semences de carottes dont l’élargissement, assure-t-il, économisera au pays l’importation de ces semences dont le prix du kilogramme sur le marché international dépasse les 20 dollars.

La wilaya de M’sila est pionnière dans la production de semences de céréales dans les zones recourant à l’irrigation au pivot.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.