La diplomatie algérienne entre en lice

Règlement de la crise libyenne

0 121

Au moment où la Turquie s’apprête à l’envoi de troupes militaires  en Libye, la diplomatie algérienne entre en lice, visant à un règlement politique à la crise libyenne. De hauts responsables libyens, à leur tête le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d’union nationale (GNA) libyen M. Fayez El Serraj, ont effectué une visite d’une journée à Alger. 

 

Lors de sa rencontre avec la président de la République Abdelmadjid Tebboune, les deux parties ont passé en revue le développement de la situation dans ce pays voisin et échanger les vues sur les voies susceptibles de surpasser cette conjoncture difficile, sans ingérence étrangère. Les ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur de la Libye, en l’occurrence, Mohamed El Tahar Siala et Fethi Bachegha, ont été également reçus respectivement par  Sabri Boukadoum et Kamel Beldjoud.

En outre, le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu devrait effectuer une visite de deux jours les 6 et 7 janvier 2020 à Alger. «Le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu effectuera une visite en Algérie les 6 et 7 janvier 2020», lit-on dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères de la République de Turquie.

 «Lors de réunions qui auront lieu à cette occasion, tous les aspects des relations bilatérales turco-algériennes seront discutés et l’on procédera également à un échange de vues sur les développements régionaux et les questions internationales», a indiqué, par ailleurs, le MAE turc. Si le communiqué ne cite pas la situation en Libye, le timing renseigne sur les dessous de cette visite jugée «surprise» et qui intervient dans un contexte marqué par la tension extrême en Libye. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a réitéré avant-hier lors de la réunion de premier Conseil de ministres, la position de l’Algérie concernant le règlement des crises et conflits à travers le monde, dont la voie pacifique est toujours privilégiée.  «L’Algérie, qui se refuse toute immixtion dans les affaires des autres pays, s’oppose fermement à toute tentative d’ingérence dans ses affaires nationales, des principes qui sous-tendent ses engagements en faveur de la paix et de la sécurité dans notre région, le Maghreb arabe, l’Afrique et à travers le monde», a souligné le chef de l’Etat.

Par Zahir R.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.