La Renault Clio V ou le Peugeot 2008 II

Les voitures qui décotent davantage

0 76

L’étude réalisée par BF Forecasts vous permet d’estimer la valeur résiduelle de votre voiture en examinant la decote de plus de 50 modèles populaires sur le marché français.

Une voiture, c’est aussi un investissement. C’est la raison pour laquelle des particuliers rusés et des gestionnaires de flottes habiles observent avec attention la courbe de décote… dès le moment de l’achat d’un véhicule neuf. En estimant la valeur résiduelle d’une voiture demain, vous pouvez effectuer un choix plus éclairé aujourd’hui.

Dans ce dossier, nous vous proposons de découvrir la valeur d’une cinquantaine de modèles de large diffusion après 4 ans et 60 000 kilomètres parcourus. Celle-ci est mise en rapport avec le prix du véhicule neuf et les remises pratiquées par les constructeurs. Les exemples sont choisis parmi les modèles, finitions et motorisations les plus immatriculés en France.

Attention, la prospective n’est pas une science exacte. Les attentes des acheteurs ou l’environnement règlementaire peuvent évoluer en quelques années. Très recherchées il y a cinq ans, les voitures diesel subissent, par exemple, de lourdes dépréciations aujourd’hui. De nombreuses municipalités ont annoncé entre temps des restrictions de circulation à l’endroit des véhicules fonctionnant au gazole.

Les grandes tendances

Vilipendé pour ses émissions de particules en environnement urbain, le diesel ne possède plus d’avantage à la revente. Il affiche même désormais un handicap côté décote. Prenons l’exemple du Peugeot 3008. Selon les estimations de BF Forecasts, un professionnel reprendra la version HDi 130 pour un montant de 13 900 euros après 4 ans et 60 000 kilomètres parcourus, contre 13 800 euros pour son homologue essence. Soit 100 euros de différence à peine ! En 48 mois, la dépréciation du «mazout» atteint 19 400 euros, contre 17 500 au PureTech essence. C’est une mauvaise nouvelle pour l’actuel propriétaire d’un véhicule diesel. Mais c’est un bon plan si vous êtes un gros rouleur à la recherche d’un véhicule d’occasion.

 

  • Les Allemandes toujours avantagées

 

Les voitures allemandes continent de bénéficier d’une «aura» en occasion. Plus réputées, un peu plus rare et parfois un peu plus cher à l’achat, elles sont reprises à un tarif supérieur après 4 ans. Les projections de l’étude le prouvent. Une Volkswagen Golf VII essence (1.0 TSI 115) subit une dépréciation de 12 600 euros – soit une décote de 53,1 % – quand une Peugeot 308 (1.2 PureTech 110) «perd» 13 700 euros de sa valeur d’achat, soit 58,5% de décote.

 

  • Les SUV en vedette

 

Aujourd’hui, plus d’une voiture neuve sur trois immatriculée en France est un SUV. Logiquement très recherchés sur le marché de l’occasion, ces véhicules ont bénéficié de dépréciations limitées ces dernières années. Mais la tendance pourrait rapidement se retourner : le « pool » de SUV d’occasion a désormais atteint un niveau largement suffisant pour répondre à la demande. Et la fiscalité pourrait bientôt décourager l’achat de ces véhicules, jugés plus gourmands en carburant et plus émetteurs de CO2.

Si vous cherchez une occasion, les berlines et breaks peuvent constituer d’excellentes affaires. En déclin rapide sur le marché du neuf, ces véhicules présentent des décotes record après 4 ans sur la route. Une Volkswagen Passat diesel voit ainsi sa valeur « décrocher » de 66 % : c’est le pourcentage le plus élevé de notre étude, à égalité avec la Renault Talisman break. C’est aussi une bonne nouvelle au moment de négocier un véhicule neuf : de belles ristournes sont pratiquées par les constructeurs au moment de l’achat pour relancer les ventes atones.

Pour dessiner les grandes tendances du marché, nous avons contacté BF Forecasts. Cette entreprise examine régulièrement les tarifs et remises pratiqués par les constructeurs et les valeurs résiduelles des différents modèles proposés.

L’entreprise a évalué pour nous la dépréciation après 4 ans et 60 000 kilomètres parcourus de 53 modèles parmi les plus populaires du marché dans six catégories différentes. La durée de 48 mois représente le plus souvent le terme des contrats de location longue durée proposés par les constructeurs, ainsi qu’un bon repère sur le marché de l’occasion relativement récente.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.