La reprise de l’activité n’est pas encore autorisée

Importation de voitures neuves

0 6 922

En dépit de l’entrée en vigueur de la loi de finances complémentaire (LFC- 2020), la reprise de l’activité des concessionnaires automobiles n’est pas encore autorisée. Les professionnels de cette filière doivent attendre la publication d’un cahier de charges, relatif à l’importation des voitures neuves en Algérie.

En effet, le gouvernement a chargé le ministère de l’Industrie et des Mines pour l’élaboration de ce cahier des charges qui réglementera l’activité des concessionnaires automobiles algériens.

Selon des sources médiatiques, un groupe de travail du département de Ferhat Aït Ali a déjà entamé son travail pour la mise en place de la nouvelle réglementation, visant  à instaurer un contrôle réel protégeant les réserves de change contre les nouveaux saignements susceptibles d’être induits par la fuite de capitaux bénéfiques uniquement aux usines mères des marques autorisées à être commercialisées dans notre pays.

«La décision d’importer de voitures sera soumise à un cahier des charges encadrant l’activité, et qui sera publié par le ministère de l’Industrie», a indiqué une source proche de ce dossier. 

Le premier responsable du secteur Ferhat Aït Ali Braham avait déjà souligné  devant les membres de la commission des finances et du budget de l’APN, lors de l’examen par les députés de la LFC-2020, que le retour de l’activité des concessionnaires automobiles se fera dans des conditions claires, mettant fin au temps de la fuite des bénéfices des concessionnaires agréés au profit des usines mères à l’étranger. Il est à noter que le gouvernement avait décidé la ré-autorisation de l’importation de véhicules neufs et d’occasion de moins de 3 ans aux fins de la réorganisation de l’activité du montage automobile, tout en œuvrant le marché à une concurrence transparente.

D’ailleurs, le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, avait assuré que le retour à l’importation des voitures neuves en Algérie se fera sans spécification de quotas pour les concessionnaires, évitant de cette manière la distribution suspecte des quotas.

De ce fait, et en vertu de la loi de finances complémentaire 2020, les concessionnaires automobiles algériens seront autorisés à importer des voitures neuves et ne seront pas soumis au système des quotas. «Le gouvernement a aboli la décision de quotas mise en place auparavant, ainsi les concessionnaires n’auront plus de plafond d’importation. Ce processus sera soumis à des frais déterminés par la loi, et donc, chaque concessionnaire importera selon ses propres moyens financiers», avait précisé Raouya devant les députés de l’APN.

Par ailleurs, l’expert en économie, Mahfoud Kaoubi, a souligné que les mesures de la LFC-2020 tentent de corriger toutes les failles contenues dans l’ancienne loi d’investissement. 

Cette dernière, selon lui, a accordé de nombreux avantages injustifiés aux usines de montage automobile, estimant que l’importation des véhicules neufs, autorisé sans quota, et régie principalement par le marché (offre et demande) est une bonne mesure qui pourra, à terme, solutionner la crise du marché automobile en Algérie.

ًZ.R

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.