La voiture du chef

Mercedes Classe S

0 29

Le vaisseau amiral de Mercedes reçoit de nouveaux moteurs et revient surtout dans la course à l’armement technologique à l’occasion de son restylage. La nouvelle Classe S a-t-elle de quoi conserver son statut de leader ? Réponse au volant d’une version 560.

Sur le marché de la grosse berline de luxe, la Classe S, c’est la référence. Le leader incontesté sur qui les concurrents se basent pour adapter leur offre. La limousine s’octroie à ce titre plus d’un tiers de ce marché juteux, où le prix de vente moyen dépasse les 100 000 €, loin devant ses compatriotes, les Audi A8, BMW Série 7 et Porsche Panamera.

Ce succès, elle le rencontre principalement sur les marchés US et chinois et à destination (plus de 80%) des professionnels. La Classe S est la voiture de fonction des VIP, des grands patrons et très souvent des chefs d’Etat. Pour continuer de valoriser cette image, l’allemande se doit de servir de vitrine technologique et dans ce domaine, les choses évoluent très vite.

Sortie en 2013, cette septième génération de Classe S s’avère aujourd’hui déjà «obsolète» sur le marché malgré des technologies très avancées pour l’époque. En effet, depuis, BMW a renouvelé sa Serie 7 et Audi est revenue en force avec sa nouvelle génération d’A8. Deux modèles truffés de gadgets et d’assistance à la conduite de dernière génération.

 

Ainsi, l’allemande fait évoluer son système de conduite autonome. L’ancienne était capable de se conduire toute seule (en lisant le marquage au sol pour se maintenir dans la voie, en régulant les gaz et le freinage pour se caler sur la voiture qui la précède), la nouvelle gère désormais la conduite dans les virages et avant les ronds-points en se basant sur les coordonnées GPS et son réseau de caméras et de radars périphériques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.