«L’Algérie est une puissance d’équilibre et de paix»

Jean-Yves Le Drian

0 83

La France veut ouvrir une nouvelle phase dans ses relations bilatérales avec l’Algérie, a annoncé, hier à Alger, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Soulignant que les deux pays partagent la volonté de réengager leurs échanges au plus haut niveau (…) afin de lancer une nouvelle dynamique dans tous les secteurs de coopération, Le Drian a affirmé que «les élections présidentielles (en Algérie) ont eu lieu. Il y a désormais un nouveau gouvernement avec lequel la France veut travailler».

 

Sur un autre registre, le chef de la diplomatie française a reconnu que l’Algérie est une puissance d’équilibre et de paix fermement attachée au respect de la souveraineté des Etats et au dialogue politique.

«La France et l’Algérie ont une convergence de vues et notre concertation est primordiale. L’Algérie est une puissance d’équilibre et de paix, fermement attachée au respect de la souveraineté des Etats et au dialogue politique. Elle est écoutée et respectée et sur ces bases là, nous pouvons avoir ensemble une relation extrêmement forte», a déclaré Le Drian à la presse à l’issue de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum.

Il a ajouté que «dans l’actualité internationale et singulièrement l’actualité régionale, l’Algérie et la France vont coordonner leurs efforts, notamment sur le conflit libyen, afin de permettre la mise en place d’un cessez-le-feu durable et la reprise du dialogue politique», soulignant que les deux pays «vont agir ensemble pour que les efforts initiés lors de la conférence de Berlin puissent se poursuivre».

M. Le Drian a indiqué aussi que les deux pays «vont également faire le point autour de la question du Sahel sur la base de l’objectif commun de sécurité et de lutte contre le terrorisme».

Pour sa part, le chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum, a affirmé que dossier de la mobilité des personnes entre l’Algérie et la France doit être traité du côté français avec «davantage de souplesse et de flexibilité» et d’une façon qui soit à «la hauteur du niveau et du volume des relations bilatérales».

Il a, en outre, précisé que les entretiens avec M. Le Drian ont permis d’aborder «plusieurs dossiers intéressant les relations algéro-françaises dans divers domaines, notamment les volets économique et politique».

Dans le domaine économique, il a été question, selon M. Boukadoum, des investissements français en Algérie, ajoutant avoir perçu «une grande disposition» chez M. Le Drian en vue d’encourager les hommes d’affaires français à regarder l’Algérie «avec plus de flexibilité et d’audace».

Par ailleurs, le chef de la diplomatie algérienne a relevé également que  les deux parties avaient convenu de relancer «les différents mécanismes existants entre les deux pays». 

«L’Algérie et la France ont décidé de relancer le Comité mixte économique franco-algérien (Comefa) ainsi que le Comité intergouvernemental de haut niveau franco-algérien (CIHN) coprésidé par les Premiers ministres des deux pays, et de poursuivre le dialogue stratégique et les concertations politiques au niveau des ministères des Affaires étrangères des deux pays», a-t-il conclu.

 

Par Zahir Radji 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.