Le ciment algérien s‘exporte bien

Ses parts restent marginales dans le volume global

0 57

En quelques années, l’Algérie est passée d’un statut d’importateur de ciment à un exportateur. Ainsi, ces exportations dans ce produit de construction ont dépassé plus de 59 millions de dollars durant les 11 premiers mois de 2019, enregistrant une hausse de plus de 239% par rapport à la même période en 2018, selon les chiffres de direction des études et de la prospective des Douanes (DEPD).

Selon la même source, les exportations de ciments hydrauliques, y compris le ciment non pulvérisé (appelé clinker), ont connu une nette amélioration, passant de 17,47 millions de dollars au cours des 11 mois de 2018, à 59,24 millions dollars durant la même période de 2019, soit une évolution de 239,20%.

Selon l’ancien ministre du Commerce, Saïd Djellab, qui s’expromait en marge d’une  cérémonie d’exportation d’une cargaison de ciment du groupe industriel Cilas vers la Côte d’ivoire, en novembre dernier à Biskra, que les recettes d’exportation du ciment algérien devraient atteindre les 60 millions de dollars fin 2019. Ces prévisions vont être très probablement dépassées.

Plus globalement, les capacités de production de ciment ont atteignent 40 millions de tonnes/an. Cela permet donc à l’Algérie d’exporter jusqu’à 20 millions de tonnes, alors que les besoins du marché local en ciment avoisinaient 22 millions de tonnes/an. Ces quantités ont été atteintes suite à la multiplication des investissements dans ce secteur.

Malgré ces quantités exportées, la part du Ciment dans les exportations reste très marginale. Elles ont représenté  2,51% des Exportations hors-hydrocarbures globales (contre 0,65%) durant la même période de comparaison.

Cela confirme en effet qu’au moins 5 produits dominent encore les exportations hors-hydrocarbures. Ils représentent plus de 74% des exportations hors-hydrocarbures (EHH). Il s’agit des exportations des engrais minéraux ou chimiques azotés avec une part de 30,99%, des huiles et autres produits provenant de la distillation des goudrons (18,46%), de l’ammoniac anhydre (11,75%), des sucres de canne et de betteraves (10,55%) et des phosphates de calcium naturels 2,82%. Quant aux exportations du ciment, elles ont représenté 2,51% des EHH globales (contre 0,65%) durant la même période de comparaison.

Comparées aux volumes des exportations algériennes, les produits hors hydrocarbures restent très marginaux. Avec seulement 2,362 milliards de dollars, ces exportations représentent 7,24% du volume  global de l’ensemble des exportations algériennes, contre 2,675 milliards de dollars à la même période en 2018, en baisse de 11,7%, détaillent les dernières données des Douanes. Ce qui pousse les autorités actuelles à vouloir multiplier les initiatives pour exporter plus de produits. D’ailleurs, un ministère dédié au commerce extérieur est crée pour cela. Il s’occupera des importations, mais aussi des exportations de certains produits dans lequel le pays connaît un excédent sans pouvoir exporter vers des marchés extérieurs. C’est le cas notamment des produits agricoles frais.

Essaïd Wakli

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.