Le gouvernement annonce de nouveaux projets

Infrastructures

0 88

Par Essaïd Wakli

Malgré la crise économique, les autorités ont décidé de relancer des projets structurants déjà gelés à cause du manque de financements. Que ce soit dans le domaine des transports, de la santé ou de la jeunesse, des projets d’envergure vont être lancés prochainement, annonce le gouvernement.

Ainsi, à quelques jours de la fin de l’année, le gouvernement annonce une bonne nouvelle aux Algérois : le Métro d’Alger, dont les extensions vers l’aéroport et Bab El Oued sont en phase d’achèvement, va être allongé jusqu’au quartier de Chevalley, sur les hauteurs de la capitale. «Les travaux d’extension du Métro d’Alger au niveau de la ligne Bab El Oued- Chevalley (9.5 km) seront confiés à l’entreprise publique Cosider», avait même expliqué le wali d’Alger, Abdelkhalek Sayouda lors d’une sortie publique. Le Métro d’Alger, qui dispose d’une ligne de 05 km, relie la Place des Martyrs à El-Harrach et Aïn-Naâdja, par une extension ouverte l’année dernière. Les travaux sont actuellement en cours pour étendre la ligne jusqu’à l’aéroport d’Alger à partir de Ain-Naadja. Les grands travaux sont achevés et la société Cosider est en train de poser les équipements.

Le deuxième projet concerné par la levée du gel est celui du tramway d’Alger qui connaîtra l’extension de la ligne Dergana (Bordj El-Kiffan) et Heraoua jusqu’à Aïn Taya et Bordj El-Bahri. A l’ouest, le tramway reliera, sur 8 km, la station des Fusillés (Ruisseau) à Bir-Mourad-Raïs. La ligne du tramway est longue de 25 km actuellement et relie le quartier des Fusillés à Dergana, à l’est de la capitale.

Toujours dans l’Algérois, les autorités ont annoncé la construction d’un hôpital moderne à Baïnem, à l’ouest de la ville. D’une capacité de 700 lits, cette structure, présentée comme moderne, vise notamment à combler le déficit en structures hospitalières dans la capitale dont la majorité des hôpitaux sont construits durant la période coloniale. En principe, un grand hôpital, faisant partie de 5 projets à l’échelle nationale, a été projeté dans l’Algérois. Mais le projet est gelé depuis 2016 faute de financements.

En dehors d’Alger, des projets relevant des domaines des travaux publics et transports notamment sont annoncés. C’est le cas de l’autoroute Tamanrasset Bordj Badji-Mokhtar et de la finition des derniers tronçons de l’autoroute Est-Ouest. C’est notamment le cas de la partie extrême Est du pays. Des routes reliant des wilayas de l’intérieur à l’autoroute Est-Ouest sont également programmées. C’est le cas de celle de Béjaïa et d’Oran. C’est également le cas de l’extension du dédoublement de la voie de l’autoroute Nord-Sud. C’est en réalité le dédoublement de la fameuse route transsaharienne.

Dans le domaine des chemins de fer, la construction la Rocade des Hauts-Plateaux, qui doit relier l’est du pays à l’ouest par une ligne de chemin de fer, se poursuit avec la même cadence. Selon les dernières données disponibles, le taux d’avancement des travaux est de près de 75%. Certains tronçons ont même été déjà livrés.

Par contre, les autorités n’ont pas précisé comment elles comptent financer des projets aussi coûteux. Les finances publiques étant au plus bas, des projets de cette envergure ne sont pas faciles à financer. Selon les coûts des projets précédents, les besoins pour certains de ces nouveaux projets dépasseront 2 milliards de dollars.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.