Le gouvernement s’oriente vers la défiscalisation des TPE

Afin de relancer l’économie nationale

0 1 709

La relance de l’économie est l’une des principales priorités du gouvernement de Abdelaziz Djerad. Il mise sur le développement des petites entreprises (TPE) et startups. Des mesures phares et encourageantes seront prises dans ce sens par les pouvoirs publics. Le ministre de la Micro-entreprise, des Startups et de l’Economie de la connaissance, Yassine Djeridène, a annoncé la défiscalisation des TPE. 

 

Ces dernières, qui représentent 97% du tissu économique de l’Algérie, remarque-t-il,  n’ont pas vraiment un apport économique conséquent pour le pays. D’ailleurs, ajoute-t-il, les TPE ne participent qu’avec 10% au système fiscal du pays.

Pour M. Djeridène, qui s’exprimait sur les ondes de la Radio nationale « Chaîne III», la défiscalisation des TPE n’aura pas un impact important sur le Trésor public. Au contraire, affirme-t-il,  «on va créer de vrais contributeurs au fil du temps». 

Les chefs d’entreprise concernés par cette mesure sont seulement appelés à déclarer leur production. «Cette mesure incitative et encourageante est inscrite dans le plan d’action du gouvernement. Il ne reste qu’à fixer la taille des entreprises concernées et les chiffres d’affaires. Certaines taxes à l’instar de la taxe forfaitaire dépassent parfois le chiffre d’affaires d’une entreprise. C’est une aberration qu’on doit palier», a-t-il expliqué. M. Yassine Djeridène a annoncé que son département compte la création de quatre écosystèmes pilotes d’ici fin 2020 dans les domaines de la pêche, de l’agriculture (industrie de transformation) et la création de micro-fabriquant. «Nous espérons qu’on va réussir et les gens vont certainement nous suivre dans notre démarche», a-t-il souligné.

Il est à rappeler que le plan d’action du gouvernement prévoit d’annuler, à court terme, la taxe sur l’activité professionnelle (TAP), alors que l’impôt foncier sera révisé «en profondeur» dans le cadre de la réforme envisagée, qui redéfinira le financement des collectivités territoriales sans compromettre leur viabilité, explique le projet. 

Le plan prévoit également d’instaurer une procédure «uniforme» en matière de décisions fiscales dans un but de transparence, de cohérence et de sécurité juridique pour les opérateurs. Ainsi, la simplification du système fiscal qui sera au cœur de la réforme envisagée se traduira, à court terme, par la suppression des taxes à faible rendement, d’une part et, d’autre part, la révision du système des avantages fiscaux et parafiscaux ayant engendré, par le passé, de graves dérives. 

En parallèle, «le gouvernement s’attèlera à la création de nouveaux impôts liés au capital et la richesse, tout en veillant à préserver l’outil de production créateur d’emploi et de valeur ajoutée et soutiendra les investissements permettant un développement et une croissance économique soutenue, notamment pour les PME et les startups», est-il indiqué dans ce projet.

Par Zahir Radji

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.