Le peuple marocain ignore la réalité du conflit

0 1 348

Sahara Occidental

La secrétaire générale de l’Union nationale des femmes sahraouies (UNFS), vice-présidente du Conseil économique, social et culturel de l’Union africaine (Ecosoc), Fatma El Mehdi, a affirmé, mardi à Alger, que le peuple marocain ignorait la réalité du conflit sahraoui en raison de la propagande pratiquée par le régime marocain à ce sujet et la teneur des différents discours prononcés par le roi Mohammed VI, notamment à l’occasion de la prétendue marche verte.

Participant à la 2e conférence internationale des ONG africaines membres du Conseil économique et social onusien (Ecosoc), organisée sous le thème «Impliquer l’Afrique pour faire face à la crise migratoire», Mme El Mehdi s’est dite convaincue qu’une «prise de conscience du peuple marocain sur la réalité de ce conflit pourra opérer un changement dans le développement de la cause sahraouie».

Le peuple sahraoui «ne va pas se taire et ne renoncera jamais à sa cause, d’autant que les tentatives menées par le régime marocain pour effacer l’identité des sahraouis ont été déjouées», a déclaré Fatma El Mehdi à l’APS, dénonçant, par la même occasion, les pratiques du régime marocain qui tente de couvrir l’instabilité interne que vit le Royaume en «essayant de convaincre son peuple de l’existence de menaces sur l’unité territoriale du Maroc».

Concernant cette conférence, la même responsable a indiqué que le peuple sahraoui a subi «le déplacement forcé» après avoir été spolié de ses terres, luttant toujours pour retourner à son pays occupé et aspire à ce que la communauté internationale, à sa tête l’ONU, puisse agir pour lui permettre d’exercer son droit à l’autodétermination.

La cause sahraouie aujourd’hui «n’est pas uniquement celle des Sahraouis ou des nations solidaires avec elle à l’image de l’Algérie et plus de 80 Etats reconnaissant la République sahraouie et son représentant légitime le Front Polisario, mais elle est plutôt internationale pour être à l’origine de l’instabilité qui menace le monde entier et l’échec de la concrétisation de l’union du Maghreb arabe», a-t-elle soutenu.

Dans le même contexte, elle a indiqué que les puissances internationales «sentent désormais le danger et voient leurs intérêts menacés», ce qui les a amenés à s’intéresser à la cause sahraouie et à réduire le mandat de la Minurso à 6 mois.

La même intervenante a relevé l’existence de «prémices d’un dénouement proche», notamment avec la désignation de Host Kohler qui est animé d’une forte volonté à aller de l’avant, en dépit des tentatives marocaines visant à le dissuader de son agenda, ce qui s’est manifestement concrétisé, à travers les manœuvres du régime marocain à entraver, sans succès, ses concertations avec les pays africains.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.