Les hôpitaux «respirent» mieux…

Après la stabilisation de l'épidémie du coronavirus

0 3 289

Par Arezki Louni

Après le gel de toutes les activités au niveau des structures hospitalières, en raison de la pandémie du coronavirus, l’heure est à la reprise progressive. C’est ce qu’a déclaré vendredi, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid. 

 

Ce dernier, qui a estimé qu’en raison de la stabilisation de la situation, «lance un appel à tous les confrères dans les hôpitaux pour reprendre progressivement le travail, en poursuivant le respect de toutes les mesures préventives décidées dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus».

Benbouzid a rappelé que plusieurs patients dont des cas urgents ont été impactés à cause de l’arrêt du travail dans certains services médicaux. Rappelant la décision du gel du travail dans certains hôpitaux notamment les opérations chirurgicales pour éviter l’épidémie, M. Benbouzid a précisé que la situation actuelle, après deux mois passés, «commence à s’améliorer» grâce au respect des instructions préventives et aux efforts des experts au niveau du Comité scientifique de suivi de l’évolution du Covid-19. A noter qu’en raison de la situation, plusieurs interventions chirurgicales et hospitalisations ont été reportées pour éviter une large contamination par le coronavirus. La décision du ministre est justifiée par le début de la dissipation de la panique générée par l’épidémie à ses tout débuts. Même les infrastructures d’accueil commencent à «souffler» et que les services des soins intensifs, nécessitant donc une respiration artificielle, n’ont pas connu une pression pareille depuis ces deux dernières semaines. Cependant, le bilan des contaminations enregistré depuis le début du mois du Ramadhan est on ne peut plus inquiétant. La baisse de la vigilance et le non-respect du confinement et des mesures préventives risqueraient d’être à l’origine d’une vraie catastrophe, avertissent les spécialistes. A titre illustratif, pas moins de 533 personnes ont été arrêtées dans la wilaya d’Aïn Defla pour non-respect des mesures de confinement. Idem dans les autres wilayas, dont la capitale où les services de sécurité s’adonnent à un véritable jeu du chat et la souris pour dissuader les jeunes tentés par l’aventure après le f’tour. Cependant ce qui est d’autant plus inquiétant c’est le nombre de nouveaux cas enregistrés au cours des deux dernières semaines où le nombre de personnes atteintes frôle les 200. En effet, 187 cas confirmés au coronavirus (Covid-19) et cinq décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures, portant le nombre des cas positifs à 5 369 et celui des décès à 488, a indiqué vendredi le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus. M. Fourar a indiqué que les nouveaux décès avaient été enregistrés dans plusieurs wilayas, deux à Constantine et un décès à Alger, Tipasa et Ghardaïa. Selon les chiffres, 11 wilayas n’ont recensé aucun nouveau cas ce vendredi, tandis que 25 wilayas ont notifié entre un et cinq cas, et 12 autres ont enregistré plus de 5 cas. Le nombre des cas guéris a atteint 2 467, dont 144 durant les dernières 24 heures, a précisé le Dr Fourar, indiquant que 18 patients sont en soins intensifs. Il a rappelé, par ailleurs, que les wilayas de Blida, Tlemcen, Annaba et Batna, avaient enregistré le plus grand nombre de cas selon le bilan d’hier. Par tranches d’âge, les personnes de 25 à 60 ans représentent 56% du total des cas confirmés. M. Fourar a indiqué, en outre, que le nombre de patients ayant bénéficié des traitements s’élevait à 8 880, dont 3 648 cas confirmés selon des tests PCR et 5 232 cas suspects selon les indications de l’imagerie et du scanner.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.