Les institutions financières veulent booster l’octroi des crédits à l’investissement

Développement des PME

0 90

En visant l’accompagnement financier des projets d’investissement de toutes les petites et moyennes entreprises, le Fonds de garantie des crédits aux PME (FGAR) veut inciter les banques commerciales à plus d’engagement en matière de crédit destiné à l’entreprise qui fait dans la production de la valeur ajoutée, et ce, en se montrant plus disponible pour faciliter la relation banque-entreprise, dans le souci d’une meilleure prise en charge de la demande sur les crédits d’investissement.

 

En fait, le FGAR a dû initier des rencontres régionales avec les responsables des agences bancaires opérant en faveur du financement des PME, pour débattre de la problématique d’octroi de garanties au profit des entreprises qui optent au financement des investissements nouveaux, porteurs de valeur ajoutée. Ces rencontres ont abouti à un accord portant sur l’importance de prendre en charge tous les dossiers acheminés vers les agences bancaires, comme c’est le cas avec la Banque de l’agriculture et du développement rural (Badr), avec laquelle une rencontre régionale-ouest a été organisée par le Fonds public, dans une action en faveur de la facilitation de l’emprunt de la part des entreprises.

L’importance de ce genre d’intervention de la part du FGAR est liée à l’encouragement de la création de nouveaux projets, comme pour l’extension de ceux existants déjà, ce qui va dans le sens d’un accompagnement public qui cible la création des entreprises et leur développement, ce qui constitue un appui financier et technique indispensable pour la création de la richesse et de l’emploi. Dans ce sens, il y a lieu de préciser le fait que le Fonds public peut garantir des opérations d’investissement allant jusqu’à l’obtention de matériel lourd, en permettant l’accès aux crédits les plus adaptés au besoin de financement des projets nouveaux, à l’instar des crédits à l’investissement octroyés par les banques classiques, ou même en recourant au nouveau mode de financement qu’est le leasing, ce dernier reste sous-utilisé dans le cadre de la relation entre les banques et les porteurs de projets, ou bien par les institutions spécialisées, faute à un manque de compréhension quant à la spécificité et l’utilité de ce genre de crédit.

Pour ce qui est de la prise en charge effective des besoins de la PME en financement d’investissements nouveaux, par la constitution des garanties facilitant l’emprunt auprès des banques commerciales, un bilan d’intervention de la part du FGAR démontre qu’en six premiers mois de l’année passée, il a pu couvrir des investissements de l’ordre de 165 milliards de dinars, par des garanties d’un montant de 69 milliards de dinars, ce qui représente plus de 40% de la somme investie, et a permis la création de 70 000 postes d’emploi. La condition d’éligibilité en adhérant au FGAR posée par des institutions de crédit comme la société nationale de leasing, pour l’octroi de crédits d’investissement, a ouvert la voie à une intermédiation jouée par le Fonds public, qui a permis d’ancrer une relation de confiance entre les établissements de crédit et les entreprises, en attendant une meilleure prise en charge de la part des pouvoirs publics, des autres contraintes liées à la gouvernance des banques de l’Etat, qui empêchent de dynamiser les produits de financement au profit des entreprises.

Par Abdelkader Mechdal

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.