Les missions du nouveau ministre fixées

Micro-entreprises

0 2 669

Cheval de bataille du plan de relance économique du gouvernement Djerad, la micro-entreprise jouit d’une place prépondérante dans la sphère économique. La création d’un ministère délégué auprès du Premier, ministre, chargé de la micro-entreprise, dénote de l’importance accordée à ce secteur.

En effet, la publication au dernier journal officiel (N° 61) du décret exécutif fixant les missions du nouveau ministre, confirme cet intérêt. Ces attributions portent, notamment sur l’élaboration de la stratégie de promotion et de développement de ce genre d’entreprise. « Dans le cadre de la politique générale du gouvernement et de son programme d’action, le ministre délégué propose les éléments de la politique nationale dans le domaine de la micro-entreprise. Il veille à sa mise en œuvre, conformément aux lois et règlements en vigueur », précise l’article 1 Dudit décret. Il est également tenu de rendre compte des résultats de ses activités au Premier ministre, aux réunions du gouvernement et au Conseil des ministres, selon les formes et les échéances établies. Il est aussi question de veiller, avec les secteurs concernés, à la mise en place des dispositifs et du cadre législatif et réglementaire relatifs à l’accompagnement du développement de ces entreprises. Il est aussi chargé d’encourager la création et le développement de la micro-entreprise, notamment innovante, d’améliorer son environnement et de faciliter son adaptation aux nouvelles technologies et d’encourager l’innovation de la micro-entreprise, d’élaborer, en relation avec les secteurs concernés, la politique d’appui à l’innovation dans la micro-entreprise. En matière de qualité des produits, le ministre délégué peut proposer toute mesure visant à améliorer la compétitivité de la micro-entreprise et à soutenir son développement et sa pérennité, favoriser les synergies entre les acteurs et les parties prenantes du développement de la micro-entreprise, veiller, en concertation avec les secteurs concernés, à la mise en place des mécanismes de son financement des micro-entreprises et du développement des écosystèmes adaptés à la micro-entreprise, notamment en phase d’amorçage et d’en faciliter l’accès , figurent aussi parmi les attributions du ministre délégué chargé de la micro-entreprise. Il est tenu aussi de proposer les actions qui facilitent l’accès de la micro-entreprise aux marchés publics et d’identifier, en concertation avec les secteurs concernés, toutes les sources de financement extérieur nécessaire à la réalisation de projets aux aides dans le cadre de la coopération régionale ou internationale. Il peut, dans ce cadre, proposer la création de toute structure de concertation et/ou de coordination interministérielle et de tout organe de nature à permettre une meilleure prise en charge des missions qui lui sont confiées.

Synthèse Arezki Louni

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.