Les pays de l’Opep+ se rencontrent aujourd’hui

Alors que les prix du pétrole augmentent

0 5 425

Par Essaïd Wakli 

Pour mieux coordonner leurs actions, les pays producteurs du pétrole vont tenter de s’organiser. Une autre réunion se tiendra ce samedi. Elle regroupera les pays membres de l’Opep et leurs partenaires pour étudier la question relative à la baisse des prix du pétrole sur les marchés mondiaux. 

 

Initialement prévue le 09 juin, la réunion de l’Opep+ est annoncée pour aujourd’hui, samedi. Les membres de l’Organisation élargie se concentreront sur l’amélioration du taux de conformité des quotas, visant particulièrement l’Irak. En effet, si la production du cartel a ainsi atteint son plus bas niveau en vingt ans, en pompant en moyenne 24.77 mbj (millions de barils par jour) sur le mois de mai (soit une baisse de 5.91 mbj par rapport au mois d’avril), tous les membres n’ont pas contribué à l’effort commun. L’Irak n’a réalisé que 38% des réductions promises et s’est ainsi engagé à compenser ses écarts d’ici le mois de juillet. Cela signifie que Baghdad devra réaliser d’importantes coupes en juin et juillet pour respecter son quota.  

Pour le ministre algérien de l’Energie, Mohamed Arkab, cette rencontre portera sur l’évaluation des engagements de chaque partie concernant l’accord de réduction de la production et la poursuite de cette coopération fructueuse. Il a relevé, à cet effet, des indicateurs positifs concernant le niveau d’application des parts de réduction convenues pour tous les pays dans le cadre du groupe Opep+, soutenues par des réductions spontanées de la part de la Russie, de l’Arabie Saoudite, des Emirats arabes unis et du Koweït, débouchant ainsi sur «des résultats positifs ressentis récemment dans le redressement des cours». Le déconfinement dans plusieurs pays en Asie et en Europe, outre l’application stricte de l’accord de réduction (9,7 millions de barils/jour en mai et juin) a grandement contribué à la tendance haussière des cours, a ajouté le ministre.

En attendant, les prix du baril continuent leur progression. Le baril de Brent pour livraison en août s’est établi à 39,99 dollars à Londres, en hausse de 0,5% ou 20 cents par rapport à la clôture de mercredi.

A New York, le baril américain de WTI (WTI Le West Texas Intermediate, aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l’énergie) pour le mois de juillet, a pris 0,3% ou 12 cents, à 37,41 dollars.

En Algérie, Sonatrach fait face à une nouvelle donne. Elle est confrontée à une baisse des commandes à l’International. Pour cela, le ministre de l’Energie Mohamed Arkab a estimé que la société «modifie sa stratégie commerciale» au vu des mutations «survenues au niveau du marché mondial. Toutefois, cela n’est pas vraiment inquiétant. Pour le gouvernement, l’Europe restera un client principal pour l’Algérie grâce à ses atouts, que sont la géographie et la disponibilité de pipelines. « Nous exportons toujours de grandes quantités vers l’Europe et nous avons des partenariats fructueux, tout en œuvrant à préserver nos clients et à négocier avec eux selon le principe de l’intérêt commun », a le ministre de l’Energie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.