«Les pouvoirs publics doivent renforcer la réglementation liée à la pollution de l’air»

Selon M. Ghezli Achour, propriétaire de la société Brum-Algérie

0 118

Les entreprises spécialisées dans la prise en charge de la problématique liée à la réduction de la pollution industrielle sont devenues, ces dernières années, une nécessité absolue pour les pouvoirs publics, pour garantir la prévention contre la dégradation de l’environnement et la promotion de toute action de promotion du recyclage et de la valorisation des déchets industriels. Ce type d’entreprise représente un moteur de diversification économique par de nouvelles opportunités d’investissement. A cet effet, M. Ghezli Achour, propriétaire de la société BRUM-Algérie, a eu la gentillesse de répondre à nos questions dans cette interview pour le quotidien «Le Chiffre d’Affaires» afin d’expliquer le défi de fournir le secteur industriel des technologies dites «propres» en vue d’éliminer les différentes formes de pollution .

LCA : La société Brum-Algérie est-elle un modèle d’entreprise de lutte contre la pollution industrielle ?

Ghezli Achour : Effectivement, la société Brum-Algérie est un modèle d’entreprise de lutte contre la pollution industrielle, notamment la pollution atmosphérique, grâce à son système de brumisation utilisé pour le traitement des odeurs.  Par exemple, nous intervenons dans les décharges techniques et les stations d’épuration en traitant les eaux usées. Et nous éliminons, aussi, la poussière dans les carrières, dans les environnements industriels en mettant en place  des technologies de haute précision. 

En fait, Brum-Algérie est une société de droit algérien établie dans la wilaya d’Oran. Elle est   en activité depuis août 2013 à ce jour. Brum-Algérie continue de se développer et s’engage à perfectionner ses interventions dans le domaine de la brumisation de  haute pression, et dans tout ce qui touche le système de refroidissement externe pour les professionnels et les particuliers activant dans les domaines suivants : l’agriculture et élevage, l’emballage de produits frais, dans la gestion hygrométrique et le traitement des poussières, ainsi que dans le domaine  de traitement des odeurs. 

En outre, nous intervenons pour doter les lieux de loisirs de systèmes technologiques   rafraîchissants notamment dans les sites attractifs (parcs, terrasses, ruelles, pergolas …). Nous  avons mis en place des systèmes rafraîchissants dans les établissements ouverts au public et aux adultes et dans des espaces semi-fermés (gares, halls, marchés, etc.)

Comment avez-vous développé des systèmes anti-pollution comprenant des solutions de brumisation dans les mines et les usines industrielles ?

Les solutions anti-pollution développées par la société Brum-Algérie se concentrent sur deux aspects majeurs, notamment l’élimination de la composante de pollution olfactive. Plus précisément, il s’agit d’opérations de traitement des odeurs dans les décharges techniques, les stations de lagunage et d’épuration et également par la pulvérisation d’un produit neutralisant l’odeur avec le système de brumisation. En d’autres termes, notre système anti-pollution consiste aussi à éliminer gratuitement les gaz toxiques tels que le H2S dans les stations de levage à l’aide d’un filtre spécial. A ce titre, la société  Brum-Algérie a déjà installé ce système dans une station de levage dans la wilaya de Ouargla. 

Par ailleurs, nos solutions anti-pollution sont axées sur le processus d’élimination de la pollution atmosphérique, qui se caractérise par l’élimination des poussières dans les carrières et ce, à plusieurs niveaux, depuis l’extraction des agrégats jusqu’au traitement des pistes de  transport et dépoussiérage en milieu industriel. 

Nos solutions peuvent efficacement prévenir des risques majeurs en milieu industriel en éliminant les poussières à l’origine de l’atmosphère explosive ou inflammable (poussières en suspension dans l’air électrostatique). 

En sus des solutions citées, nous intervenons dans l’introduction des procédés qui permettent d’améliorer l’environnement et les conditions de travail du personnel en usine ou en atelier en refroidissant l’atmosphère et en réduisant les concentrations de poussières fines et de gaz toxiques.

Les opérateurs privés adhèrent-ils à l’intégration de ces solutions ?

Assurément, je peux dire oui, les opérateurs privés adhèrent à nos solutions, car la société Brum-Algérie est intervenue dans plus de trente carrières au niveau du territoire national. D’ailleurs, nos services ont touché quinze exploitations de champignons pour la régulation de l’humidité, et dans une quarantaine de bâtiments d’élevage pour le rafraîchissement.

Sans omettre de vous signaler que nous avons opéré dans plus de 11 décharges techniques et deux stations d’épuration pour le traitement des odeurs à travers le pays et dans une station de relevage pour le traitement des gaz H2S. Je cite aussi, le cas de notre intervention dans 25 bâtiments industriels pour le refroidissement. Nous avons également opéré dans huit marchés de gros et un abattoir pour le rafraîchissement, et sept gymnases toujours pour le rafraîchissement au parc animalier de Mostaganem.

Quelles sont  les perspectives de Brum-Algérie ? 

La société projette d’investir en développant d’autres activités, mais toujours dans le domaine de la protection de l’environnement, puisqu’elle a déjà entamé la construction d’une usine de transformation et recyclage du plastique récupéré ainsi que l’installation et l’équipement d’un incinérateur d’activités de soins. Et nous comptons lancer une entreprise agréée de collecte de différents types de déchets. Nous comptons ainsi développé le système de brumisation de haute précision utilisé pour le traitement des odeurs,  dans les unités industrielles polluantes, principalement dans les zones industrielles et d’activité.

Que pouvons-nous faire pour compenser les impacts négatifs directs et indirects de la pollution de l’air causés par les usines, sachant que ces conséquences conduisent à une dégradation de l’environnement ?

Pour réduire la pollution de l’air, les opérateurs industriels doivent respecter les mesures réglementaires et institutionnelles. Les pouvoirs publics, notamment le ministère en charge de l’environnement, doivent renforcer le dispositif réglementaire lié à la pollution de l’air en introduisant, la réglementation relative aux  émissions atmosphériques à savoir les normes de rejet, moyens et système ou réseaux de contrôle, comme il faut instituer et réglementer l’auto-système de surveillance et l’auto-surveillance par les émetteurs. Pour concrétiser le défi de réduction de la pollution industrielle, il est impératif de créer un marché d’ingénierie et d’équipementier dans le domaine de la lutte contre la pollution de l’air, car actuellement ce marché est vide ou peu approvisionné par des entreprises de grande performance. Autrement dit, ce  secteur en Algérie doit être renforcé par des ressources humaines et matérielles adéquates et efficaces. Toutefois, il faut créer un observatoire de l’environnement et du développement durable pour mieux prendre en charge la problématique liée à la réduction de pollution en mettant en place des réseaux de surveillance et de contrôle pour tous les émetteurs et couvrir l’ensemble du territoire national. 

Concernant les mesures pratiques, que doit-on faire pour réduire les impacts négatifs de  la pollution ?

Concernant les mesures pratiques, il est nécessaire de généraliser le contrôle par le biais des directions des directions de l’environnement et ce, à travers des études d’impact environnemental approfondies. Malheureusement, ces études sont actuellement perçues par les promoteurs de projets comme une formalité administrative obligatoire et lourde et examinées par les services de l’Etat beaucoup plus sur la forme et sur le respect de la réglementation.

Pour réduire la dégradation de l’environnement, il est indispensable de généraliser la formation du personnel des administrations de l’Etat en charge de l’examen et du contrôle des études d’impact et de multiplier les actions et opérations de contrôle pour l’application de la réglementation en vigueur.

Entretien réalisé par Chahinez  Djahnine

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.