Les précisions de Youcef Belmehdi

Réouverture des mosquées

0 2 235

Par Arezki Louni/APS

La polémique s’installe autour de la réouverture des mosquées. S’exprimant, hier sur les ondes de la Radio nationale,  le ministre des Affaires religieuses Youcef Belmehdi a dévoilé le nombre des mosquées qui seront concernées par la décision de réouverture graduelle, prévue pour le 15 de ce mois d’août.

 

Après une inspection effectuée au niveau national, 24% du total des mosquées remplissaient les conditions nécessaires, dont la possibilité d’accueillir 1 000 fidèles. Ce taux représente, selon le même responsable, plus de 4 000 mosquées, ce qui est un chiffre important. S’agissant de la mise en œuvre du «protocole» sanitaire dans les mosquées, le ministre a indiqué qu’il serait supervisé par le ministère des Affaires et le wali qui dirige le comité scientifique de wilaya, car la question ne relève pas seulement du ministère des Affaires religieuses. Pour lui, les mesures préventives sont dans notre intérêt et non contre nous. « Elles n’ont pas été prises pour d’autres fins, mais plutôt pour protéger le citoyen et la santé publique», poursuite le ministre. Par ailleurs, la commission ministérielle des fatwas relevant du ministère des Affaires religieuses, a émis, hier, un communiqué concernant la réouverture graduelle des mosquées. Ainsi, selon le même département, malgré la décision de la réouverture graduelle, la prière du vendredi ne sera pas accomplie dans les mosquées. «La prière du vendredi demeure suspendue et se fera toujours à domicile, jusqu’à ce que les conditions appropriées soient disponibles pour l’ouverture totale des mosquées», lit-on dans le communiqué. La réouverture des mosquées sera uniquement pour l’accomplissement des prières, donc les autres activités, telles que les cours, les bibliothèques, et les écoles coraniques, demeurent suspendues, précise le communiqué. En outre, la commission a souligné que les lieux d’ablution restent fermés. Les fidèles doivent effectuer les ablutions chez eux, ajoutant qu’il est interdit aux enfants, aux femmes, aux personnes âgées et aux malades d’assister aux prières de groupe dans de telles circonstances. Cependant, la question qui reste posée, c’est de savoir si les mesures en vigueur seront respectées ou pas, sachant qu’il est difficile de contrôler toutes les mosquées du pays, notamment celles situées dans des régions enclavées. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.