Les priorités de Abdelaziz Djerad

Rencontre gouvernement-walis

0 85

Après avoir écouté les recommandations du chef de l’Etat, les walis, chefs de daïra et autres responsables locaux, ont eu droit, hier au deuxième jour des travaux de leur rencontre avec le gouvernement, aux «conclusions» des travaux d’ateliers et un discours du Premier ministre, Abdelaziz Djerad. 

 

Dans un discours concis, Abdelaziz Djerad a appelé les responsables locaux à «rétablir les passerelles» avec la société et à rebâtir «la confiance loin de toute utopie». Il a estimé que «nous sommes conscients que l’établissement de passerelles avec les citoyens passe par la franchise et la divulgation, loin de toute utopie et de dérobade de la responsabilité». 

 Le Premier ministre a également appelé les responsables à «emprunter la voie du dialogue et de la concertation avec les citoyens et les différentes composantes de la société civile», soulignant qu’il est «du devoir de tout un chacun d’être en contact avec les citoyens et de leur prêter attention».

Les images diffusées à l’ouverture de la rencontre semblent avoir produit de l’effet sur le Premier ministre. Il a évoqué une situation d’extrême détresse de certains citoyens. Cette situation déplorable exige que tout un chacun assume ses responsabilités, a-t-il martelé. 

Dans le même contexte, M. Djerad a appelé les walis à «opérer une véritable rupture avec la bureaucratie dans toutes ses formes», à «intensifier le travail de terrain, suivre la situation des citoyens et écouter leurs préoccupations». 

Selon Abdelaziz Djerad, «les objectifs tracés par l’Exécutif ne pourront être réalisés sans l’éradication de la bureaucratie, cette maladie qui ronge notre administration». Il a appelé les cadres de l’Etat à protéger l’administration des dérapages qui pourraient se produire sans prendre en considération la souffrance et les problèmes de nos concitoyens.

Parmi les priorités du gouvernement, Abdelaziz Djerad a désigné essentiellement un ensemble de points, en tête desquelles figurent «la modernisation et mise à niveau de l’appareil administratif avec une intégration judicieuse de la numérisation et des nouvelles technologies dans le cadre d’un modèle ayant le citoyen comme principal élément de l’équation». 

S’ensuivent «l’intensification des efforts en vue de répondre aux besoins des citoyens même s’ils se trouvent aux confins de du pays», «la libéralisation des initiatives et la création de catalyseurs aux jeunes qui sont un facteur actif dans le présent et l’avenir du pays», a-t-il ajouté. «Conscients de l’importance de la réforme administrative, comme une nécessité pour accroître la compétence des entreprises et améliorer l’environnement des affaires», le gouvernement a mis en place un plan global de gouvernance et de réforme de l’appareil administratif, notamment au niveau local, a indiqué M. Djerad, relevant que ces programmes, plans et textes «demeurent tributaires du sérieux de chaque responsable administratif, de sa compétence et de son engagement à les mener à bien».  

De ce fait, M. Djerad a mis en avant l’importance d’accorder «une importance capitale» à la formation de la ressource humaine en vue de «mener à bien la réforme administrative escomptée, se mettre au diapason de l’opération de numérisation des services publics et concrétiser la gouvernance urbaine qui repose sur une gestion moderne des villes».

Dans leurs recommandations, les participants ont notamment axé leurs projections sur la nécessité de décentraliser l’action du développement et de bien étudier les projets avant leurs réalisations. Des intervenants ont également demandé la révision de l’arsenal juridique qui réglemente les collectivités locales.

Par Essaïd Wakli

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.