«L’occupant israélien veut déstabiliser l’autorité palestinienne»

Amine Ramzi Makboul au forum d’«El-Wassat»

0 51

La situation politique et économique en Palestine est de plus en plus inquiétante. Le blocus pratiqué par l’occupant israélien depuis des années, avec bien sûr le soutien américain, a aggravé le quotidien des Palestiniens.

 

«Nous vivons l’un des plus difficiles moments de notre histoire. Le peuple palestinien est privé de tout et notre économie a été réduite à néant. Nous produisons assez de produits notamment agricoles, mais nous ne pouvons pas les exporter, et si on arrive à le faire, les revenus sont spoliés par l’occupant !», a souligné, hier à Alger, l’ambassadeur de la Palestine en Algérie, Amine Ramzi Makboul. 

Il a, d’ailleurs, expliqué dans ce cadre que l’occupant israélien a durci ses mesures répressives, à travers le non-versement des impôts engrangés au niveau des passages maritimes, notamment pour l’autorité palestinienne. Ceci, explique-t-il, a engendré des tensions chez les Palestiniens. Un million de fonctionnaires sont privés de leur salaire. 

 Et, si la situation perdurerait encore, indique-t-il, l’autorité palestinienne s’éclatera ! De nouveaux différends se profileront à l’horizon très proche. Son Excellence, l’Ambassadeur palestinien,  qui s’exprimait lors du forum hebdomadaire de notre confrère «El-Wassat», a expliqué que «l’occupant israélien avec le soutien du président américain Trump veut la dissolution de l’autorité palestinienne afin de procéder à la mise en œuvre de leur plan qualifié de «la honte du siècle». 

M. Makboul a fait savoir, en outre, que l’économie palestinienne n’a pas besoin d’assistanat des autres pays, mais de libérer la Palestine. «Nous possédons d’importants atouts dans plusieurs filières agricole, industrielle, touristique etc. Il ne manque que la libération de notre pays. Notre économie n’a pas besoin de l’aide étrangère», a-t-il précisé.

Par ailleurs, Son excellence, l’ambassadeur  qui a estimé que la situation de la Palestine est «délicate» et «inédite» nécessite l’unification des rangs et mettre un terme aux différends  entre les parties palestiniennes, à travers la mise en place d’un nouveau programme politique unifié. «On doit renforcer notre unité et regrouper tous les parties sous l’autorité palestinienne afin revoir nos méthodes de résistance et de mobiliser toutes nos forces vives pour passer du statut actuel (autorité) à un Etat indépendant (frontières de 1967). Nous devons mettre en place un nouveau système», a-t-il plaidé.

Evoquant le nouveau plan américain de paix pour le Proche-Orient, le diplomate palestinien  l’a qualifié de honte, affirmant que ce plan ne va pas aboutir et que les Palestiniens vont le combattre. Il a, en outre, critiqué l’attitude de certains pays arabes qui réagissent avec passivité au plan américain sioniste. «La Palestine a besoin d’une position ferme de la part des pays arabes. La Ligue arabe se contente seulement à dénoncer, mais rien de concret sur le terrain. Les pays arabes sont appelés à exercer des pressions sur l’occupant et son allié direct. Ils doivent rompre leurs relations économiques et politiques avec ces deux pays. C’est à travers ce genre de décision qu’on pourra exerce pression sur les Américains et faire avancer notre cause», a-t-il indiqué, avant d’ajouter que le retour à la lutte armée n’est pas un slogan. « Nous devons d’abord unir nos forces avec l’engagement ensuite d’une véritable réflexion afin d’arrêter le mode approprié pour poursuivre notre lutte», a-t-il conclu.

Par Zahir Radji 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.