Opérationnalisation des mesures pour la relance de l’économie

Maroc

0 2 405

Comme annoncé le mardi 04 août dernier en conférence de presse, par le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohammed Benchaâboun, le «pacte pour la relance économique et l’emploi » et le contrat-programme pour la relance du secteur touristique en phase post-Covid-19, ont été signés ce jeudi 06 août 2020. C’était en marge de la 9e réunion du Comité de veille économique (CVE).

Ces deux initiatives constituent des piliers importants dans la relance de la dynamique économique du Royaume. Il a été notifié que l’accompagnement des secteurs fortement impactés par la crise liée à la Covid-19, à travers des mesures plus spécifiques, commence ainsi par le secteur touristique.

Le «pacte pour la relance économique et l’emploi» signé par trois entités, le ministère de l’Economie, et le secteur privé, représenté par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), rend formel l’engagement des deux partenaires à donner un coup de fouet à une économie nationale mal en point. L’idée est de préserver et promouvoir l’emploi et d’accélérer le processus de formalisation de l’économie, indique le CVE dans un communiqué.

Le contrat-programme pour la relance du secteur touristique, quant à lui, a vu apposer la signature d’une part des ministres de l’Economie, du Tourisme et celui du Travail et par les présidents du GPBM et de la Confédération nationale du tourisme.

Ce contrat-programme qui sera exécuté sur la période 2020-2022, prend en compte un ensemble de mesures d’accompagnement en faveur de ce secteur clé de l’économie nationale, fait noter le communiqué. Il vise, relève la même source, «à donner une impulsion forte au secteur et à insuffler une nouvelle dynamique pour accompagner sa relance, sa transformation et la diversification de sa chaîne de valeur». Le contrat-programme pour la relance du secteur touristique s’est assigné trois objectifs majeurs, que sont préserver le tissu économique et l’emploi, accélérer la phase de redémarrage et poser les bases d’une transformation durable du secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.