Ouverture prochaine de deux usines de fabrication de filets anti-grêle

0 158

Arboriculture

L’Algérie par  le biais de son ministère de l’Agriculture veut parachever son indépendance alimentaire. Après les bons résultats obtenus par ce département ministériel et la confirmation de la politique adoptée, deux usines de fabrication de filets anti-grêle seront ouvertes prochainement. La production de ces deux usines permettra de faire des économies substantielles en devises.


 Par Réda Hadi

En effet, le ministre de l’agriculture Cherif Omari a, lors de son déplacement à Khenchela, fait cette annonce en précisant  que «L’ouverture des deux usines permettra de mettre fin à l’importation des filets anti-grêle utilisés dans la protection de la pomiculture».

Cette visite inscrite dans l’agenda du ministre a permis entre autres de rencontrer les acteurs de la filière arboriculture et principalement de la culture de la pomme, lors de l’inauguration de la première édition de la fête nationale de la pomme dans la commune de Bouhmama.

Si la culture de la pomme a connu ces dernières années un certain essor, beaucoup de problèmes restent tangibles et empêchent un développement conséquent de cette filière.

L’agrumiculture se plaint essentiellement de manque de moyens modernes et aussi du manque de personnel qualifié.

Il est clair que si l’essor est constaté, celui reste toutefois insuffisant, ne serait-ce qu’au regard de la demande locale qui ne cesse de croître. En dépit d’une forte demande, le produit n’arrive pas à s’installer sur le marché national. Alors de là à penser à l’exploration, beaucoup de travail en amont et en aval doit être fait.

S’agissant du personnel qualifié, il faut préciser que le manque de main-d’œuvre est criard. De plus, les succès obtenus par cette filière ne doivent pas nous faire oublier qu’on reste quand même en retard du point de vue technique et normalité.

De plus, lors de sa rencontre avec les producteurs de la filière, M. Omari a insisté sur l’importance de se «structurer dans des associations locales pour bénéficier des différentes formes d’appui à cette filière et d’œuvrer à sa promotion».

Le ministre a également indiqué que «la production qualitative et quantitative de la pomme, réalisée à Batna et Khenchela au cours des dernières années, a encouragé le ministère à lancer la fête nationale de la pomme», appelant les agriculteurs de la filière à redoubler d’efforts pour atteindre «des records dans la production de ce fruit».

Cherif Omari a ajouté que la fête nationale de la pomme «constitue un rendez-vous de travail et de coordination entre les producteurs de cette filière, les chambres d’agriculture et la tutelle pour mieux structurer la (filière) pomiculture qui jouit», a-t-il relevé, «de capacités économiques permettant aux producteurs d’exporter leurs produits».

Il a souligné, dans ce sens, «la volonté de l’Etat à soutenir les populations des régions montagneuses pour le développement de leurs cultures et l’amélioration de leur cadre de vie».

Valorisant les efforts déployés par les agriculteurs et les investisseurs de la filière pomiculture, le ministre a indiqué que son département de concert avec les ministères des Ressources en eau et de l’Energie, ouvreront à faciliter la tâche aux agriculteurs en leur octroyant des autorisations pour le forage de puits et l’exploitation du réseau d’électricité agricole.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.