Pannes récurrentes de réseau

Agences CNAS

0 84

Que se passe-t-il dans nos agences CNAS ? Depuis quelques jours, les usagers sont contraints à un véritable parcours du combattant. Pour cause, une panne de réseau. Un argument évoqué à chaque fois par les responsables pour justifier leurs manquements. C’est le cas, notamment à l’agence CNAS de Mohammadia (El Harrach) où des dizaines de citoyens font le va et vient qui pour mettre à jour sa carte Chiffa, qui pour une affiliation et autres opérations devant passer par le fameux « système ». 

Du coup, tous les services, ou presque, de cette agence sont à l’arrêt jusqu’à nouvel ordre. Les cotisants n’ont droit qu’à une explication furtive, peu convaincante, des préposés aux guichets et autres agents, qui se roulent les pouces. Comme quoi chez nous tout est question de système. Un vieil homme ayant subi une intervention chirurgicale, est venu réactiver sa carte chiffa dont la durée de validité s’est arrêtée le 1er janvier, alors qu’il doit prendre son traitement. « Mon pharmacien m’a rendu service en me fournissant les médicaments, en attendant de faire le nécessaire. Mais, malheureusement cela fait quatre jours que je reviens, dans l’espoir de régler mon problème ; en vain » renchérit-il. Même cas pour d’autres patients qui attendent impatiemment le « retour » du réseau pour se faire servir leurs médicaments. Un véritable préjudice, qui sous d’autres cieux aurait été passible de tribunaux et assorti de dédommagements. 

Les employés de l’agence de Mohammadia se disent désolés de voir autant de personnes attendre depuis les premières heures de la matinée pour être réglées. « Vous pensez que cette situation nous fait plaisir ? Cela nous dépasse. La panne est générale », selon nos responsables de la DG, affirme notre interlocuteur. Face à cette situation, les employés n’ont d’autre solution que de demander aux citoyens de laisser leurs cartes et de revenir le lendemain, en attendant de les faire traiter au niveau d’autres agences. Au moment où l’heure du changement a sonné, certaines énergumènes d’un autre âge, continuent de sévir, en faisant endurer aux citoyens des situations des plus infernales. A quand le véritable changement…des mentalités. 

A Louni

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.