Quand la réglementation freine le développement économique

Privation et enclavement des wilayas du Sud

0 36

A partir du moment où la réglementation purement administrative et bureaucratique joue en défaveur de l’économie et de la prospérité de la population, cela pousse à revoir ce genre de contraintes, et permettre le retour à la liberté d’entreprendre, pour consacrer un mode d’organisation ouvert aux initiatives, surtout celles qui peuvent générer des situations de développement bien meilleures au niveau local.

 Un témoignage des plus révélateurs, que celui fait par un responsable de la chambre de l’agriculture de la wilaya de Tamanrasset, qui fait état d’une intervention contre productive de la part de l’administration par le biais d’une réglementation qui interdit de faire acheminer les troupeaux de bêtes, des bovins en particulier, vers les marchés du Nord, et ce, malgré l’existence d’une demande importante sur la viande rouge, qui n’est satisfaite dans un certain pourcentage que par le recours à l’importation. Une situation anecdotique dans un pays qui cherche à minimiser ses importations coûte que coûte, dans une conjoncture des plus délicates que connaît l’Algérie, en matière de disponibilités financières en devises, vu les difficultés à maintenir un certain niveau de revenus à travers la vente des hydrocarbures.

Alors, en ce qui concerne l’approvisionnement des marchés nationaux en viande rouge, à l’approche du mois de Ramadhan, et comme à l’accoutumée, les autorités publiques s’efforcent à rassurer les consommateurs quant à la disponibilité des quantités qu’il faut pour maintenir un niveau de prix acceptable sur le marché, et ce, soit en viande produite localement ou par celle que ces autorités vont importer de l’étranger. Dans ce cadre, il y a eu cette déclaration faite de part du ministre de Commerce, qui a plaidé pour l’importation des bêtes de chez les pays limitrophes au sud du pays, en les nommant et en les considérant comme pays frères en se basant sur les relations humaines qui se sont tissées entre les populations des wilayas du Sud et ces pays. 

Donc, le fait que ces pays ont une production abondante en viande rouge, le ministre du Commerce a promis d’arrêter l’importation de la viande congelée, en insinuant qu’elle est importée des pays lointains, faisant allusion à l’Argentine par exemple, l’un des champions mondiaux en exportation de ce genre de viande. Mais, voilà que la réalité des choses vient contredire la position du ministre du Commerce, quand la télévision publique se déplace à Tamanrasset et découvre sur le terrain que l’abondance de la production du bovin dans la région est à même de fournir le marché dans les wilayas du Nord, sans qu’il y ait besoin d’importer la viande rouge des pays limitrophes. 

Et voilà une réalité amère qui fait apparition, qui est celle d’une intervention réglementaire qui freine le développement local, vu que la production animalière de cette wilaya (Tamanrasset) comme exemple, ne trouve pas preneurs sur le territoire national à cause des interdits de passage des troupeaux vers le nord, chose qui va à l’encontre de la prospérité de la vie, des opérateurs et de toute l’économie  de la région. La solution ? Elle est toute évidente, il faut juste la levée des interdits imposés de la part des autorités pour que le développement économique et social s’installe dans des zones qui ont vécu la privation et l’enclavement.

Abdelkader Mechdal

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.