Raouya expose à Tunis les mesures de l’Algérie pour faire face à la crise

0 1 229

43e réunion du Conseil des gouverneurs du groupe de la BID

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a souligné à Tunis, les défis auxquels les pays membres de la Banque islamique de développement (BID) sont confrontés, évoquant les réformes engagées par l’Algérie pour faire face à l’impact de la baisse des prix de pétrole, a indiqué, jeudi, le ministère dans un communiqué.

Intervenant en plénière lors des travaux de la 43e réunion du Conseil des gouverneurs du groupe de la BID, tenue les 4 et 5 avril à Tunis, M. Raouya a mis en exergue les performances de cette banque et les perspectives de son développement, ainsi que les efforts qu’elle fournit en synergie avec ses pays membres pour appuyer le développement de leurs économies, a précisé la même source.

Conduisant la délégation algérienne aux travaux de Tunis, M. Raouya a également fait le point sur l’évolution des principaux indicateurs de l’économie nationale.

Il a surtout mis l’accent sur les réformes engagées par l’Algérie pour faire face à l’impact de la baisse des prix des hydrocarbures et les dispositions prises pour assurer plus de rigueur et de rationalisation des dépenses publiques tout en confortant la croissance par la mobilisation de ressources nouvelles au plan national, explique le communiqué.

Raouya a, par ailleurs, participé aux différents assemblées des filiales relevant du groupe de la BID (Société islamique de garantie des investissements et des crédits à l’exportation, Société islamique de développement du secteur privé, Fonds de solidarité islamique de développement et la Société internationale islamique de financement du commerce).

En marge des travaux, M. Raouya a exposé les constantes, la cohérence et les nouveaux impératifs de la politique économique algérienne avec plusieurs de ses homologues des pays membres de la BID.

Il a eu également un entretien avec le président de la BID, qui a porté essentiellement sur l’état des relations de l’Algérie avec cette institution et les voies et moyens de leur renforcement.

Le ministre a également présidé la 18e réunion de ce Haut Conseil qui a eu à examiner l’état d’avancement des différents projets financés par ces Fonds et a adopté leurs rapports d’activités et financier, dont l’Algérie assure la présidence.

Ces deux Fonds ont été créés en octobre 2000 sur décision du sommet arabe du Caire, dans le but de permettre le développement des capacités socio-économiques de la Palestine.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.