Sombres perspectives pour l’Afrique

Crise économique et sanitaire

0 3 098

Par Essaïd Wakli

La crise sanitaire due au Covid-19 met à mal les économies africaines. Selon la Banque africaine de développement (BAD), la récession des économies africaines va être plus dure que ce qui a été annoncé. 

 

Ainsi, un rapport de la BAD a estimé que «la pandémie du Covid-19 a causé des perturbations économiques qui ont changé les prévisions élevées de croissance en Afrique ; la BAD en avait fait état en janvier dernier dans le numéro de perspectives économiques en Afrique 2020».

«Le PIB réel en Afrique devrait se contracter de 1,7% en 2020, soit une baisse de 5,6 points de pourcentage par rapport aux projections de janvier 2020 qui précédaient l’apparition du Covid-19, en supposant que l’impact de la pandémie sera substantiel mais de courte durée», précise encore la Banque. 

Lancé mardi par la Banque africaine à Abidjan, il est précisé aussi que la pandémie se poursuivra au-delà du premier semestre de 2020, la contraction du PIB en 2020 sera ainsi beaucoup plus marquée, de l’ordre de 3,4%, soit une baisse de 7,3 points de pourcentage par rapport à la croissance projetée avant la pandémie du Covid-19. Ainsi, le supplément apporte des révisions aux prévisions de croissance et aux perspectives pour l’Afrique pour les années 2020 et 2021 et met en lumière l’impact du Covid-19 sur la situation socioéconomique du continent.

En sus de la récession économique, la situation épidémique provoque des dégâts énormes sur la vie des populations. Près de 50 millions d’Africains pourraient basculer dans l’extrême pauvreté en raison des conséquences économiques de l’épidémie de coronavirus, estime la Banque africaine de développement (BAD) dans un rapport publié mardi. Alors que les prévisions tablaient qu’un tiers des Africains, soit 425 millions de personnes, vivent sous le seuil de pauvreté (avec moins de 1,90 dollar par jour en parité de pouvoir d’achat) en 2020, l’impact de la pandémie sur les économies africaines devrait largement aggraver la situation, estime la BAD dans ses « Perspectives économiques en Afrique». 

L’Afrique est – après l’Océanie – le continent le moins touché par la pandémie de Covid-19, avec près de 500 000 cas, dont près de 11 700 morts, selon un décompte de l’AFP au 7 juillet. Le continent est ainsi touché de plein fouet par la crise économique mondiale entraînée par l’épidémie. «Entre 28,2 et 49,2 millions d’Africains pourraient basculer dans l’extrême pauvreté cette année et l’année prochaine», selon les scénarios «de base» ou « pessimiste» de la BAD, suivant la durée et l’ampleur de la récession économique. 

Le Fonds monétaire international (FMI) avait évoqué fin juin une récession de 3,2% cette année pour l’Afrique subsaharienne, et une baisse des revenus des habitants à leurs niveaux de 2010. Selon la BAD, entre 24,6 et 30 millions d’emplois seront perdus cette année. C’est le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec 200 millions d’habitants, qui devrait voir s’accroître le plus la pauvreté. Entre 8,5 et 11,5 millions de Nigérians devaient tomber dans l’extrême pauvreté en 2020, dans ce pays très dépendant de son secteur pétrolier durement touché par la crise économique mondiale et la chute des prix de l’or noir. Quatrième pays le plus peuplé d’Afrique avec 90 millions d’habitants, la République démocratique du Congo (RDC) pourrait voir tomber dans l’extrême pauvreté 2,7 à 3,4 millions de personnes, alors que ce pays d’Afrique centrale compte déjà 72% d’habitants vivant sous le seuil de 1,90 dollar par jour, précise encore la BAD.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.