Une opportunité pour réactiver le marché boursier

Crise financière

0 3 243

Par Zahir Radji

Devant le recul des recettes pétrolières et le refus catégorique du président de la République Abdelmadjid Tebboune de recourir à l’endettement extérieur, l’Algérie est appelée à s’orienter vers de nouveaux modèles de financement.

 

Ceci nécessite la refonte de notre système financier et bancaire, tout en s’adaptant avec les mutations qui s’opèrent dans le domaine à travers le monde. Le marché boursier peut être un des acteurs dans le financement alternatif au budget de l’Etat qui connaît un déficit énorme. Dans ce cadre, le directeur général de la Bourse d’Alger, , a estimé que la situation difficile dont fait face notre pays nous interpelle tous sur la nécessité de repenser notre système financier et de préparer le post-Covid-19. 

S’exprimant lors d’un webinair sur «La finance islamique, levier de dynamisation du système financier algérien» organisé mardi dernier par Insag Business School, M. Benmouhoub a souligné que la crise financière engendrée notamment par la baisse drastique des prix de pétrole et la pandémie Covid-19 a impacté négativement sur le niveau des taux de liquidités dans les banques. Ces dernières seront, indique-t-il, dans l’incapacité de répondre aux besoins du financement de l’investissement productif. 

En effet, ce sera, ajoute Benmouhoub, l’occasion de réactiver le marché boursier et de donner la possibilité au PME de s’introduire en Bourse et de bénéficier des divers produits et avantages qu’accorde cette plateforme financière.

Il a, en outre, indiqué que la Bourse d’Alger tente avec tous les moyens, à travers la diversification de ces produits de financement, tout en proposant des produits conformes à la «Chariaâ islamique». «Nous, au sein de la Bourse,  on essaye d’aller vers un nouveau modèle de financement qui permettra l’émergence et l’arrivée sur le marché financier de nouveaux financements (fonds d’introduction et Skkuks», a souligné M. Benmouhoub.

Déplorant l’absence de la culture boursière chez les investisseurs et chefs d’entreprise, Yazid Benmouhoub a estimé plus que nécessaire de présenter de nouveaux produits afin d’attirer le maximum d’investisseurs et également inciter les acteurs de l’informel à la bancarisation de l’argent de cette sphère estimé à près de 80 milliards de dollars. 

«Il faut drainer l’épargne des ménages qui reste thésaurisée en dehors du circuit bancaire, et attirer au moins une partie de l’argent qui circule aujourd’hui dans l’économie informelle pour qu’il puisse mieux servir l’économie nationale», a-t-il préconisé. Afin d’atteindre cet objectif, les institutions financières et bancaires sont appelées à se moderniser, à travers la numérisation et la digitalisation de toutes les opérations et transactions. «Si nous arrivons à garantir la sécurité des transactions et sans limitations, je pense que ça sera le début d’assèchement de la liquidité de l’argent circulant dans l’informel», a-t-il conclu.

Sur un autre registre, le PDG d’Al Salam Bank, Nasser Haider, a estimé qu’avec l’avènement des guichets de la finance islamique dans les banques publiques détenant un large réseau de distribution, la demande et l’utilisation des produits de cette finance connaîtront un fort essor. Selon lui, il y a une forte demande sur ce genre de financement dans les régions de l’intérieur du pays.

Par ailleurs, les autres intervenants lors de cette visioconférence ont mis l’accent sur la communication pour promouvoir la finance islamique en Algérie. 

Jusqu’à maintenant et dans ses nombreuses communications, le gouvernement a toujours été convaincu par le potentiel de cette finance alternative. Toutefois, pour que la finance islamique puisse avoir vraiment toutes les chances de réussir en Algérie, il faudra également que nos concitoyens la comprennent (dans son sens le plus large), et surtout, se l’approprient, pour être enfin sûr qu’elle aura mis de son côté toutes les chances de réussir. «On a besoin d’une communication informative et éducative à grande échelle», ont-ils dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.