Washington «frustré» que le conflit ne soit pas réglé

0 1 255

Sahara Occidental

John Bolton, le conseiller à la sécurité du Président Trump, a exprimé, jeudi à Washington, sa «frustration» devant le blocage que connaît la question du Sahara Occidental, affirmant qu’il était temps à la Minurso d’accomplir son mandat.

«Frustration, frustration», a répété le chef du National security Council (NSC) en évoquant la question du Sahara Occidental lors d’un point de presse à Heritage Foudation, tenu à l’issue d’un débat sur la nouvelle stratégie de l’administration américaine en Afrique.

«Vous devriez penser au peuple sahraoui, aux Sahraouis qui sont encore dans les camps des réfugiés», a ajouté John Bolton, soulignant que les Sahraouis et leurs enfants ont «besoin de retourner chez eux et avoir une vie normale».

Durant ce débat consacré à la nouvelle stratégie des Etats-Unis en Afrique, le conseiller du Président Trump est revenu sur les missions de maintien de la paix dans le continent, en expliquant que l’administration américaine souhaitait mettre fin à celles qui n’ont pas rempli leurs mandats après des années de déploiement.

Bolton, qui connaît très bien le dossier du Sahara Occidental, pour avoir participé en 1991 à l’établissement du mandat de la Minurso, a regretté que les mandats de ces missions soient renouvelés systématiquement chaque année sans qu’elles obtiennent les résultats escomptés, à savoir mettre fin aux conflits, a-t-il dit.

Pour mieux illustrer la situation, l’ancien ambassadeur américain à l’ONU a cité le Sahara Occidental, son «exemple préféré», en indiquant qu’un référendum d’autodétermination devait se tenir dans ce territoire, mais 27 ans après, aucun progrès n’a été enregistré dans ce sens.

Bolton a estimé qu’il était nécessaire de «focaliser» sur les moyens permettant à ces missions d’accomplir leurs mandats avec succès. Mais «le succès n’est pas de maintenir ces missions indéfiniment», a-t-il déclaré.

«27 ans de déploiement et la Mission est toujours là comment pouvez-vous justifier cela 3», s’est-il interrogé en s’adressant au parterre d’ambassadeurs africains, d’ONG et de personnalités américaines qui ont assisté à ce débat.

Bolton a affirmé que «les ressources, l’attention et l’effort déployé dans le cadre de cette mission «seraient plus productifs», s’ils avaient été consacrés au développement des peuples de la région.

Le règlement du conflit au Sahara Occidental permettra de réorienter les financements alloués à la mission au développement économique, a-t-il soutenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.